ISRAËL


ISRAËL
ISRAËL

À quelque point de vue qu’on se place, Israël représente un élément irréductible aux catégories habituelles. Il n’est point d’exemple de pays se constituant ou se reconstituant après deux mille ans d’interruption environ. Il n’est point d’exemple de peuple tentant l’épreuve de la reconstitution après une dispersion semblable à celle d’Israël. Il est vrai que le destin du peuple juif est à lui seul irréductible à toute catégorie connue.

Du point de vue politique, Israël représente une énigme, aussi bien en politique intérieure qu’en politique extérieure. En politique intérieure, cet État combine les expériences les plus audacieuses en matière de défrichement, de fertilisation et d’irrigation du désert, mais aussi et surtout en matière de vie collective (le kibboutz) avec des secteurs de population qui vivent une vie traditionnelle reposant sur des valeurs religieuses anciennes et des pratiques rigoureuses. D’où une législation qui, sur certains points, est des plus avancées et des plus modernes, qui, sur d’autres, repose sur des principes religieux datant d’il y a plus de trois mille ans. Ce pays a pu produire des savants et des chercheurs dans des instituts considérés parmi les plus avancés au monde, tel l’Institut Weizmann de Rehovot, alors que les milieux religieux peuvent s’opposer à ce que des autopsies soient pratiquées sur les corps de leurs proches, ou même que des fouilles archéologiques soient réalisées, là où l’on aurait trouvé des tombes vieilles de deux mille ans, pour ne pas troubler le repos des morts.

On ajoutera à cette vue des problèmes intérieurs d’Israël le fait que ce pays pratique la démocratie parlementaire et libérale (la seule au Proche-Orient), reposant sur des coalitions où les partis religieux jouent toujours le rôle de partis charnières. En politique extérieure, Israël semble tout aussi irréductible aux grands conflits qui secouent le monde; en particulier, il apparaît que le conflit israélo-arabe ne puisse être réduit à un conflit de type colonial, même si certains traits ont pu longtemps le laisser penser.

Enfin, ce qui a constitué depuis la guerre de Six Jours (juin 1967) le grand drame de la vie politique israélienne, à savoir l’affrontement avec les Palestiniens lié à l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, semble lui aussi avoir été longtemps irréductible aux catégories habituelles et connues. Depuis le début, en décembre 1987, de la révolte palestinienne connue sous le nom d’intifada (en arabe, le soulèvement), la situation était devenue tragique. D’un côté, les Arabes (800 000 en Cisjordanie et 700 000 dans l’étroite bande de Gaza) demandaient la possibilité de s’autodéterminer. De l’autre, Israël se réfugiait soit derrière des arguments de sécurité (c’était la thèse travailliste) soit derrière un droit historique ou même religieux. La conclusion d’un premier accord entre Israël et l’O.L.P., au mois de septembre 1993, autorise désormais de très réels espoirs.

Israël ne laisse donc pas indifférent. Il suscite chez le visiteur comme chez celui qui l’étudie certains sentiments de sympathie ou d’antipathie, qui font appel au plus profond de l’inconscient.

1. Une enclave originale

L’État d’Israël constitue dans le Moyen-Orient une enclave originale. L’immigration massive d’une population soutenue par de forts investissements extérieurs et possédant un haut degré d’organisation et d’activité a créé, dans le milieu méditerranéen côtier, de grandes agglomérations urbaines et un paysage d’agriculture hautement spécialisée, cependant qu’elle se lançait par ailleurs à la conquête du désert du Néguev, dont la mise en valeur systématique apparaît comme la seule solution aux problèmes posés par l’aménagement d’un espace très restreint (cf. ASIE - Géographie physique).

Un peuplement issu de l’immigration

En dehors d’une minorité arabe d’environ 18 p. 100, la quasi-totalité de la population est composée d’immigrants juifs arrivés depuis moins d’un siècle. En 1882, la population juive de Palestine était estimée à 24 000 personnes. Jusqu’à 1914, la première vague sioniste n’amena que 50 000 à 60 000 immigrants. En 1919, compte tenu des échecs et des abandons, il n’y avait encore que 80 000 Juifs en Palestine. Ces premiers colons étaient pour la plupart originaires d’Europe orientale. Un grand essor se produisit pendant la période du mandat britannique, avec 452 000 entrées de 1919 à 1948, dont un maximum en 1932-1939 à la suite des persécutions nazies. Cette seconde vague d’immigrants provenait surtout d’Europe centrale, la Pologne arrivant cependant encore largement en tête des pays d’origine. Les groupes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ne comptaient que pour 8,5 p. 100 des apports. La première période consécutive à l’indépendance, de mai 1948 à 1951, vit un afflux massif (685 000 entrées), doublant pratiquement en trois ans la population de l’État, où les Juifs du Moyen-Orient (Irak, Yémen, Turquie, Iran, etc.) et d’Afrique du Nord comptaient pour près de la moitié du total (330 000) à côté d’un fort contingent venu d’Europe orientale. Depuis 1952, les arrivées se sont considérablement ralenties (quelques dizaines de milliers de personnes par an en moyenne), tandis qu’apparaissait un phénomène d’émigration, encore limité, mais qui réduisait cependant l’excédent et aboutissait même certaines années (1953) à un solde négatif. Cependant, le bilan global restait encore nettement positif en moyenne (on note un excédent de 165 000 entrées pour les années 1970-1975, par exemple). Quelque 15 000 Falachas (Juifs d’Éthiopie) sont arrivés en 1984-1985. Mais le fait nouveau majeur a été surtout le déclenchement d’une vague importante en provenance de l’ex-Union soviétique, dont le total approchait les 300 000 personnnes à la fin de 1992, mais le mouvement semble maintenant se ralentir. Cette population juive reste en voie de croissance rapide, avec un excédent annuel qui est de l’ordre de 1,5 p. 100. Parallèlement, la minorité arabe, dont le taux de natalité est très supérieur à celui de la population juive (respectivement 40 et 23 p. 1 000), voit sa part s’accroître régulièrement. Elle atteint en 1992 environ 730 000 personnes, auxquelles il faut ajouter les habitants arabes de Jérusalem-Est (150 000) et du Golan (15 000), annexés par Israël.

La majorité de la population juive actuelle est née en Israël, la population née en Europe (de rite ashkénaze) et la population née en Asie et en Afrique (de rite sépharade) se partageant à peu près également le reste. Les minorités arabophones sont surtout importantes en haute et basse Galilée (52 p. 100 de la population de la province) et le long de la bordure orientale de la plaine de Sharon. La ville de Nazareth possède une majorité musulmane. Il reste une trentaine de milliers de Bédouins dans le Néguev, à peu près totalement sédentarisés aujourd’hui. Depuis la guerre de 1967 et l’occupation de la Cisjordanie, des colonies juives ont également été implantées en Judée et en Samarie. Leur nombre en 1992 approchait cent cinquante (90 000 personnes), sans compter les 120 000 habitants des nouveaux quartiers construits depuis la même date dans la partie orientale (ex-jordanienne) de Jérusalem et les 12 000 colons installés dans le Golan. Il ne s’agit encore que d’une très faible minorité au milieu des quelque 900 000 Arabes qui peuplent ces territoires, auxquels il convient encore d’ajouter les 950 000 habitants de la bande de Gaza. Une émigration régulière vers les pays arabes affecte ces territoires occupés, et on l’évalue en vingt-cinq ans à 10 p. 100 de leur population totale. Leur intégration éventuelle à l’État d’Israël poserait cependant de redoutables problèmes démographiques, et on a calculé que la croissance naturelle de cette population arabe, de l’État d’Israël proprement dit et des territoires occupés, la rendrait majoritaire par rapport à la population juive, dans un «Grand Israël», si aucun autre facteur n’intervenait, aux environs de 2010.

Villages et coopératives

Le peuplement fut d’abord principalement rural. Les premiers pionniers en provenance d’Europe orientale trouvèrent dans les terres plates de la plaine côtière, souvent marécageuses, alors abandonnées, un milieu ressemblant aux grandes plaines de leur contrée d’origine. À partir de 1920, la colonisation pénètre dans les vallées de l’intérieur (Jezreel et Harod), dans le Sharon puis dans la dépression du Houleh et enfin dans les vallées de la haute Galilée occidentale, pour s’étendre, après la fondation de l’État d’Israël, au sud de la plaine côtière et au désert du Néguev septentrional. Plusieurs types de villages correspondent à ces diverses phases aussi bien qu’à des différences d’organisation sociale. La mochava (pl.: mochavot ), village de propriété privée, s’est généralement développée d’abord à partir d’une rue axiale et a plus ou moins abouti aujourd’hui à un ensemble peu organique. Les villages communautaires (kibboutz ; pl.: kibboutzim ) sont bâtis suivant un plan artificiel qui sépare strictement la partie résidentielle et les bâtiments d’exploitation. Le mochav (pl.: mochavim ), village de petits tenanciers indépendants mais coopérants, est généralement édifié suivant un plan circulaire qui place au centre les installations et établissements publics, qu’entoure une ceinture de fermes dont les jardins sont rejetés à l’extérieur. Le mochav chitoufi , village de petits tenanciers coopérants dont la production est assurée en commun, mais où la vie familiale individuelle est préservée, a un plan intermédiaire entre celui des mochavim et des kibboutzim, se rapprochant des premiers pour l’aire résidentielle, des seconds pour la disposition des bâtiments d’exploitation. Après l’indépendance ont été appliqués des schémas de colonisation régionale, disposant de trois à six villages, autant que possible homogènes quant à leur communauté d’origine, autour d’un centre rural regroupant les services.

Une population en majorité urbaine

L’essentiel de la population est aujourd’hui concentré dans les villes (85 p. 100), dont 60 p. 100 dans les trois conurbations de Tel-Aviv, Haïfa et Jérusalem). Ces villes principales sont toutes trois antérieures à la colonisation juive, mais ont été profondément transformées par celle-ci.

Tel-Aviv, fondée en 1909 par les nouveaux colons juifs, n’était d’abord qu’un faubourg nord de Jaffa, vieille cité accrochée à une colline rocheuse qui émerge de la plaine littorale et y découpe deux bassins abrités par des récifs de grès calcaires pléistocènes. Rapidement devenue la principale agglomération du pays, Tel-Aviv a absorbé Jaffa depuis 1950 et est entourée d’une ceinture de cités satellites, anciens villages urbanisés pour la plupart. La conurbation avait 1 300 000 habitants en 1986 (dont 320 000 dans les limites de la municipalité elle-même). L’expansion s’est faite principalement vers le nord-est, mais les anciens quartiers dégradés de Jaffa ont été reconstruits. Tel-Aviv même est avant tout le centre administratif, culturel et commercial de la communauté juive, tandis que de petites et moyennes industries se sont installées surtout dans les villes satellites.

De même, au nord du pays, la colonisation juive a revigoré Haïfa, accolée aux pentes est du mont Carmel. Bourgade insignifiante au début de ce siècle, Haïfa est aujourd’hui un grand port, un centre d’affaires et un puissant foyer industriel (avec l’aboutissement du pipe-line de Kirkouk et l’établissement de raffineries de pétrole entre 1936 et 1939). L’agglomération s’étend maintenant de façon à peu près continue sur les côtes de la baie et a rejoint au nord l’ancienne cité d’Acre, fixée sur une langue de terre tournée vers le sud-ouest qui isole une rade beaucoup plus médiocre que celle de Haïfa. La conurbation Haïfa-Acre dépasse 600 000 habitants (plus de 220 000 dans les seules limites de Haïfa).

La nouvelle ville de Jérusalem s’est développée à l’ouest de l’agglomération ancienne le long de la route de Jaffa, dans un relief difficile, assez peu propice à l’expansion d’une grande cité, où l’État d’Israël a cependant tenu, pour des raisons essentiellement spirituelles et idéologiques, à installer son centre politique, ainsi qu’une importante université. La situation de la ville ancienne, qui avait été déterminée par l’intersection de la route nord-sud au pied oriental des monts de Palestine et de la route ouest-est reliant le littoral à la Transjordanie au nord de la mer Morte, garde sa valeur, mais il n’en va pas de même du site, qui avait été celui d’une ville forte, fixé par les possibilités de défense. L’agglomération compte 530 000 habitants, dont 28 p. 100 d’Arabes.

À ces centres anciens revigorés se sont ajoutées des fondations nouvelles. Si beaucoup de villes de la plaine côtière sont d’anciens centres ruraux peu à peu promus à des fonctions urbaines, d’autres agglomérations ont été créées de toutes pièces, comme Eilat, port d’Israël sur la mer Rouge, au fond du golfe d’Aqaba; Ashdod (75 000 hab.), second port d’Israël sur la Méditerranée, au sud de Tel-Aviv; Ashqelon, dans le sud de la plaine côtière. D’autres sont des bourgades arabes abandonnées à peu près totalement lors de la naissance de l’État d’Israël et ayant pratiquement fait l’objet d’une nouvelle fondation, telle Beersheba, capitale du Néguev, que l’administration ottomane avait créée au début du siècle pour être un petit centre administratif et militaire devant contenir les Bédouins.

Population et aménagement du territoire

L’État d’Israël, tel qu’il résulte des lignes d’armistice de 1948, comporte, à l’exception de la bande de Gaza, la plus grande partie de la plaine côtière de la Palestine, d’une largeur de 15 à 20 km au maximum, jouissant d’un climat méditerranéen et bien arrosée (500-600 mm annuels), et des collines de piedmont des monts de Judée. À cela s’ajoutent des fragments importants des monts de Galilée (600 à 800 mm de pluies annuelles), par lesquels le territoire s’étend jusqu’au fossé intérieur du Jourdain et au lac de Tibériade, s’incorporant la dépression du Houleh au nord de ce dernier. Enfin, il possède, au sud des monts de Judée, le Néguev, zone de plis lâches s’élevant jusqu’à plus de 900 m d’altitude, mais où règne un climat subdésertique ou désertique, avec des précipitations ne dépassant pas 100 à 150 mm, et qui occupe à lui seul la moitié de la surface totale du pays.

Le plateau du Golan, fragment du territoire syrien qui domine la dépression du Houleh, a été formellement annexé en 1981. Il était occupé depuis 1967. Une partie de sa population (villages druzes; 15 000 personnes) y est restée.

La répartition de la masse des nouveaux immigrants dans un cadre aussi restreint ne va pas sans poser de sévères problèmes d’aménagement régional. Le fait majeur est la concentration massive de la population dans la partie centrale de la plaine côtière, la première abordée par les colons juifs, où l’abondance des terres libres à la suite des ravages des Bédouins, la pluviosité satisfaisante et les sols fertiles se conjuguaient pour attirer le peuplement. En 1936, 78 p. 100 de la population juive de Palestine y était concentrée, contre 12 p. 100 dans les monts de Judée et à Jérusalem, et 10 p. 100 en Galilée et dans les vallées intérieures du Nord. Tout l’effort de redistribution régionale depuis 1948 a visé à assurer un véritable équilibre. En 1961, les pourcentages s’établissaient à 70 p. 100 dans la plaine côtière centrale, 10 p. 100 dans les monts de Judée et à Jérusalem, 10 p. 100 dans la Galilée et les vallées intérieures du Nord, 10 p. 100 dans le Sud et le Néguev; en 1970, à 14 p. 100 en Galilée, 63,7 p. 100 dans le centre côtier, 8,7 p. 100 dans les monts de Judée et à Jérusalem, et 13,5 p. 100 dans le Sud et le Néguev. Depuis cette date, le fait nouveau majeur est le développement de Jérusalem, dont le district compte aujourd’hui pour 12 p. 100 du total.

L’élément majeur de l’aménagement régional a été ainsi la mise en valeur du Néguev. Les pionniers agricoles juifs n’y ont pénétré qu’en 1943. Des 60 000 Bédouins qui l’occupaient encore, un quart seulement ont regagné le pays après la guerre de 1948. Plus d’une cinquantaine de centres agricoles ont alors été installés dans la partie septentrionale du désert, dans le sud de la plaine côtière et au nord et à l’ouest de Beersheba, avec une avancée vers les hauteurs du Néguev central. La plupart sont des colonies communautaires, fondant leur exploitation du sol sur une culture céréalière extensive. Avec des rendements ne dépassant pas 9 quintaux par hectare en culture pluviale, le Néguev fournit néanmoins plus de la moitié des céréales récoltées en Israël. L’adduction des eaux du Yarkon, des eaux usées de l’agglomération de Tel-Aviv, et, en l’absence de réalisation du projet d’utilisation intégrale des eaux du Jourdain, le transport, par de puissantes conduites, d’eaux prélevées dans le lac de Tibériade ont permis le développement de centres d’irrigation consacrés notamment au coton et aux cultures fourragères. Les autres appuis de la colonisation sont l’exploitation minière et l’industrie minérale (potasses de la mer Morte, phosphates, gypse, industrie de la céramique). Beersheba, avec 120 000 habitants, est devenue la quatrième ville du pays. Cet effort apparaît d’autant plus nécessaire que la place est de plus en plus strictement mesurée dans la plaine côtière, où les densités étaient de l’ordre de 1 000 habitants au kilomètre carré dès 1980.

2. Du sionisme politique à la création de l’État d’Israël

Au cours des siècles, depuis la disparition de la dernière forme d’autonomie politique juive (marquée par la destruction du second Temple par les Romains en l’an 70 de notre ère), les Juifs n’ont jamais cessé de rappeler leur attachement à Sion et à la Terre promise. Cependant, peu à peu, le lien perdait de sa réalité pour ne plus être qu’un rappel purement religieux sinon mystique. Il faut attendre le XIXe siècle pour qu’apparaisse une nouvelle forme d’attachement à Sion et que l’idée d’un retour ne soit plus présentée comme relevant uniquement des temps messianiques, mais qu’elle soit considérée comme une possibilité réelle, permettant en particulier la solution du problème juif là où il semble à l’époque particulièrement critique, c’est-à-dire en Europe orientale et centrale.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle apparaissent les premiers essais visant à suggérer le retour à l’existence politique indépendante du peuple juif, fût-ce ailleurs qu’en Palestine. L’essai le plus marquant et le plus connu est celui de Leo Pinsker (1821-1891), médecin russe, qui publie en 1882 son Autoémancipation , véritable manifeste en faveur d’une solution nationale à la question juive. On signalera également l’ouvrage de Moses Hess (1812-1875), intellectuel allemand, qui fut le secrétaire de Karl Marx, qui publie, en 1862, Rome et Jérusalem , dans lequel il appelle à la formation d’un État juif et socialiste en Palestine.

À ces précurseurs du sionisme politique on doit ajouter deux rabbins qui, dès cette époque, tentent la synthèse de la religion et de la politique et préfigurent donc la tendance religieuse du sionisme: le rabbin Yehuda Hai Alkalai (1798-1878) et le rabbin Zwi Hirsch Kalischer (1795-1874). Le premier en Serbie, le second en Pologne militent en faveur d’un retour physique à Sion. Cependant, il faut attendre Théodore Herzl pour que toutes ces tendances se cristallisent et surtout s’institutionnalisent.

En 1896, Théodore Herzl (1860-1904), journaliste mondain, correspondant à Paris du grand quotidien viennois Die Neue Freie Presse , publie l’ouvrage fondamental pour l’épopée sioniste: Der Judenstaat (dans les traductions courantes on trouve L’État juif , en fait la traduction littérale est: L’État des Juifs ). Un an plus tard, le 29 août 1897, Herzl ouvre à Bâle le Premier Congrès sioniste mondial. Le sionisme politique était né, formulant son programme politique, connu précisément sous le nom de programme de Bâle. À ce jour il peut encore être considéré comme la meilleure définition du sionisme. On y lit: «Le sionisme aspire à la création, en Palestine, pour le peuple juif, d’un Foyer garanti par le droit public.» On trouve en germe dans cette déclaration les idées centrales du sionisme politique: le Foyer (c’est l’idée qui fait référence au refuge pour les Juifs persécutés); la Palestine (c’est-à-dire la Terre promise et elle seule, même si, plus tard, Herzl essaiera de faire accepter d’autres territoires tels que l’Ouganda ou la région d’El-Arisch, «en attendant...»); la garantie par le droit public: il s’agit de la reconnaissance internationale, pour que la légitimité de la présence juive ne puisse pas être contestée.

Herzl meurt, épuisé, dès 1904, âgé de quarante-quatre ans à peine. De 1897 à sa mort, il n’a cessé de voyager, de rencontrer des «Grands», en Europe (aussi bien en Europe centrale et orientale qu’en Europe occidentale et en Grande-Bretagne), en Turquie (où il négocie avec le sultan qui est alors le maître de la Palestine) et en Palestine même (où il rencontre l’empereur Guillaume II). Il n’aura guère de succès, sinon qu’il réussit à créer une organisation qui lui survivra. Désormais, le sionisme politique a son organe d’action et d’expression: l’Organisation sioniste mondiale.

En même temps, la population juive de la Palestine augmente très régulièrement. À la première vague (Aliah) d’immigration de 1882 à 1903, composée de Juifs russes (environ 25 000 personnes), succède la deuxième Aliah, de 1904 à 1914, russe et polonaise. Cette deuxième vague (environ 35 000 personnes), qui compte des hommes comme David Ben Gourion, est nettement socialisante. La troisième vague (1919-1923) compte elle aussi environ 35 000 personnes: c’est l’Aliah dogmatique formée en Russie, à la veille de la Révolution. La quatrième vague (1924-1927) est toute différente: si elle vient de Pologne, elle n’est pas socialiste. C’est la première Aliah bourgeoise, qui fuit les mesures économiques antijuives prises en Pologne en 1924 et qui se trouve rejetée par l’adoption du système des quotas d’immigration aux États-Unis. On l’estime à 82 000 personnes. La cinquième vague, de 1932 à 1947, comptera environ 265 000 Juifs. Elle inclut les Juifs allemands fuyant Hitler ainsi que des Juifs d’Europe orientale et centrale. À la veille de la proclamation de l’État juif, en 1948, la population juive de la Palestine est estimée à 630 000 personnes (alors qu’il n’y avait que 24 000 Juifs en 1880). Dans le même temps, la population arabe, qui était de 525 000 en 1880, atteignait le chiffre de 1 310 000 personnes.

La grande «chance» du sionisme lui sera fournie par la Première Guerre mondiale. À la faveur du jeu des alliances, de la redistribution de l’Empire ottoman, les Anglais veulent s’installer au Moyen-Orient. D’un côté, ils soutiennent les aspirations arabes contre les Turcs (cf. l’épisode de T. E. Lawrence ainsi que la célèbre correspondance de 1915-1916 entre Hussein, le chérif de La Mecque et le ministre anglais Mac-Mahon). Mais, par ailleurs, ils s’entendent avec les Français pour acquérir des zones d’influence au Moyen-Orient (accords Sykes-Picot de 1916); ces accords préfigurent le système des mandats qui interviendra après la guerre et sera inclus dans les traités de paix.

En même temps, les sionistes font pression sur le gouvernement anglais. Il s’agit d’arracher à celui-ci une déclaration politique endossant les vues sionistes. L’action est surtout dirigée par le professeur Haïm Weizmann. Celui-ci joue un rôle important dans le mouvement sioniste qu’il dirigera peu après. Mais il est aussi chimiste (il enseigne à l’université de Manchester) et il mettra au point la synthèse de l’acétone. Après de longues discussions, le gouvernement anglais publiera, le 2 novembre 1917, la célèbre déclaration Balfour. Celle-ci dispose: «Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ainsi qu’aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.»

La déclaration Balfour ouvre une ère nouvelle. Elle transforme la sphère d’action du sionisme. Surtout, cette déclaration qui, à l’origine, n’est qu’un acte unilatéral, alors que Londres n’a encore aucun droit sur la Palestine, va acquérir une légitimité indiscutée du fait de son inclusion dans le mandat sur la Palestine, accordé par la S.D.N. à la Grande-Bretagne en 1920. Désormais, à travers les vicissitudes de la politique anglaise, la déclaration Balfour lie les Anglais.

Le mandat britannique

Les accords de mandat définissent le cadre général du mandat. Les véritables précisions seront fournies par le Palestine-Order-in-Council de 1922, profondément amendé dès 1923.

Si à l’origine le mandat sur la Palestine devait être un mandat de la catégorie A (semblable au mandat français au Liban et en Syrie), c’est-à-dire laissant une large place à l’autonomie des populations locales, du fait de l’hostilité de la population arabe au programme sioniste, il fut impossible de mettre en place le Conseil législatif prévu par les textes. Les Arabes boycottèrent les élections: les Britanniques décidèrent de mettre en place un système d’administration directe. Le haut commissaire disposerait du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif.

Cependant, la puissance mandataire se devait de mettre en place les instruments permettant l’établissement du foyer national juif. La principale étape consistera en la reconnaissance de l’Organisation sioniste mondiale et surtout de sa branche locale en Palestine, l’Agence juive. Cet organisme a pour fonction de permettre l’association des Juifs à la mise en place du foyer. En fait, c’est une véritable administration parallèle qui se créera. L’Agence juive est chargée tout particulièrement de l’accueil des immigrants, de leur prise en charge, de l’attribution des terres et de leur mise en valeur (ainsi que de l’attribution des certificats d’immigration délivrés par la puissance mandataire).

Par ailleurs, une représentation de la population est établie. Une Assemblée est élue au suffrage universel (de manière assez irrégulière en fait), par tous les Juifs (Assefat Hanivrarim ou Assemblée des délégués). Celle-ci élit un Comité national (Vaad Leumi), qui en est l’organe exécutif. Enfin, c’est dans ce même cadre que commence à fonctionner le Grand Rabbinat de la Palestine.

Les deux organismes combinés (l’Agence juive, dirigée par David Ben Gourion, et le Vaad Leumi) réussirent très rapidement à créer une structure de société, dans laquelle le pouvoir exercé par les autorités juives dérive d’un consensus et non de la coercition d’État. En réalité, le pouvoir y est très centralisé et la société juive (le Ychouv ) apparaît très unie dans le combat face à la puissance mandataire et face à la population arabe.

Durant toute la période du mandat, jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, les tensions entre Juifs et Arabes ne cessent de s’exacerber. Trois vagues principales de flambée nationaliste sont à noter: en 1920-1921, en 1929 et en 1936. Elles sont toutes marquées par des séries d’attentats, d’attaques contre les localités juives et enfin, en 1936, par une grève générale arabe qui durera plusieurs mois. La crise de 1929 est certainement la plus meurtrière: c’est au cours de celle-ci que près de soixante-dix Juifs vivant à Hébron seront tués.

Entre Juifs et Arabes, la politique de la puissance mandataire sera très fluctuante, pour devenir antisioniste à la veille de la Seconde Guerre mondiale. La lune de miel entre les Britanniques et les Juifs aura été de courte durée. Dès 1922, un premier Livre blanc vient marquer les limites du dessein britannique: foyer national en Palestine, certes, mais la Palestine ne devait pas devenir un foyer national pour le peuple juif. À la suite des émeutes de 1929, plusieurs commissions d’enquête aboutissent à formuler les premières limitations substantielles, notamment en matière d’immigration.

La crise de 1936 sera elle aussi suivie d’une commission d’enquête: la commission Peel. Celle-ci formule pour la première fois l’idée d’un partage de la Palestine pour régler le problème du heurt des deux nationalismes. Malgré un certain intérêt de la part de la S.D.N., le projet restera sans suite.

Au moment où l’orage de 1939 approche, la Grande-Bretagne tient plus que jamais à rassurer le monde arabe. Une conférence de leaders juifs et arabes, en mars 1939 à Londres, échoue complètement (les leaders arabes refusant notamment de sièger avec les leaders juifs). Peu après, la puissance mandataire publie le Livre blanc de 1939. Celui-ci peut se résumer en deux mesures principales: interdiction de l’achat de terres par les Juifs (en dehors d’une zone très limitée) et, surtout, limitation draconienne du nombre de certificats d’immigration (un total de 75 000 pendant une période de cinq années, au-delà de laquelle les certificats ne pourront être obtenus qu’avec l’accord des Arabes). C’était la fin du foyer national, au moment même où les Juifs semblaient le plus en avoir un ardent besoin!

Pourtant, le Ychouv s’est considérablement renforcé. En 1939, il compte un peu plus de 400 000 personnes, il représente déjà 30 p. 100 de la population totale de la Palestine. Surtout, il possède déjà une certaine infrastructure économique, qui repose sur une petite industrie et sur l’agriculture. Le Ychouv s’est doté d’une armée semi-clandestine (la Haganah) à laquelle il faut ajouter le groupe Etzel (Irgoun) de la droite révisionniste (duquel se détachera plus tard le groupe Stern).

Par ailleurs, le Ychouv a une organisation politique et administrative. Il a son réseau d’écoles et son système d’assurance-maladie. Par l’intermédiaire de l’Organisation sioniste mondiale et du département politique de l’Agence juive, il parvient à élaborer une politique étrangère qui, à de nombreuses reprises, mettra la puissance mandataire dans l’embarras, l’obligeant parfois à reculer.

Vers l’indépendance

Au début de la guerre, David Ben Gourion indique la ligne que suivra le Ychouv: «Nous ferons la guerre à l’Allemagne, comme s’il n’y avait pas de Livre blanc; nous ferons la guerre au Livre blanc, comme s’il n’y avait pas de conflit avec l’Allemagne.» De fait, d’une part le Ychouv se mobilise et s’engage aux côtés des troupes britanniques; d’autre part il mène sa lutte contre le terrorisme arabe et contre les mesures antijuives prises par la Grande-Bretagne, en particulier dans le domaine de l’immigration (d’où le développement de l’immigration clandestine). À l’approche de la fin de la guerre, dès 1944, un terrorisme anti-anglais et anti-arabe se développe. Il est surtout le fait des groupes «dissidents» (la Haganah), c’est-à-dire l’Etzel (Irgoun Tsvaï Leumi dirigé par Menahem Begin depuis 1942) et le groupe Stern (qui comprend des éléments de gauche et de droite).

En mai 1942, à l’hôtel Biltmore de New York, un congrès de sionistes américains inspirés par Ben Gourion adopte le programme dit de Biltmore, par lequel l’Organisation sioniste revendique la création d’un État juif et rejette définitivement la thèse de l’État binational qui avait semblé prévaloir dans certains milieux sionistes avant la guerre.

À la fin de la guerre, la politique britannique ne se modifie guère. Après l’arrivée des travaillistes au pouvoir, et malgré leurs promesses aux dirigeants sionistes, la politique de Londres se raidit. C’est l’époque la plus difficile du Ychouv. Les incidents sont quotidiens et de plus en plus meurtriers. Les États-Unis prennent position en faveur des sionistes, mais la Grande-Bretagne reste inflexible. Une série de plans sont proposés aussi bien par les États-Unis que par diverses commissions internationales. La politique d’immigration reste inchangée et provoque des drames dont le retentissement est mondial, telle l’affaire de l’Exodus , bateau ayant à bord 4 500 immigrants qui seront renvoyés en Allemagne en juillet 1947.

Le grand tournant intervient pourtant au cours de l’année 1947. En février, Ernest Bevin, ministre des Affaires étrangères, décide de porter l’affaire palestinienne devant l’O.N.U. Une commission d’enquête est formée: après une étude minutieuse, tant dans la région qu’au siège de l’O.N.U., elle rendra son rapport. La commission comptait onze membres (Australie, Canada, Tchécoslovaquie, Guatemala, Inde, Iran, Pays-Bas, Pérou, Suède, Uruguay et Yougoslavie). Le rapport de la majorité fut adopté par sept membres (Canada, Tchécoslovaquie, Guatemala, Pays-Bas, Pérou, Suède, Uruguay). Un plan minoritaire était soutenu par trois membres (Inde, Iran, Yougoslavie). Ce plan prévoyait la création d’un État fédéral. L’Australie s’abstenait.

Le rapport (de la majorité) prévoit la création de deux États, l’un juif, l’autre arabe. Il prévoit de même une Union économique entre les deux États. Un statut particulier est prévu pour Jérusalem, qui échapperait à la souveraineté des deux États. L’évacuation des troupes britanniques devrait intervenir au plus tard le 1er août 1948. Ce plan sera adopté à la majorité des deux tiers par l’Assemblée générale, le 29 novembre 1947.

Les autorités juives annoncent qu’elles acceptent le plan cependant que les États arabes s’y opposent. La Grande-Bretagne refusera de participer à la mise en œuvre du plan. La période allant de la fin de novembre 1947 à la proclamation de l’État juif sera la période la plus sanglante. Les attentats se multiplient des deux côtés (massacre de Deir Yassin par l’Irgoun, attaque du convoi sanitaire du Mont-Scopus par des troupes arabes). La police et les troupes britanniques n’interviennent pas. Les Britanniques annoncent même qu’ils avancent leur départ et le fixent au 15 mai 1948 à 0 heure. De la fin de novembre à mai, on assiste également à diverses tentatives visant à suspendre l’application de la recommandation de l’Assemblée générale. En particulier, les États-Unis présentent au mois de mars un plan tendant à créer un conseil de tutelle.

Cependant, les autorités juives se préparent à la prise du pouvoir. Elles créent un organisme, qui regroupe les principales organisations (Agence juive, Vaad Leumi...), formé de 37 membres. Ce groupe dit des 37 prend d’abord le nom de Conseil du peuple. C’est lui qui, présidé par David Ben Gourion (dont le titre officiel était chef de l’Exécutif de l’Agence juive), dans l’après-midi du vendredi 14 mai 1948 à Tel-Aviv, proclame la création de l’État d’Israël. Il signera la déclaration d’indépendance. Le Conseil du peuple prendra le nom de Conseil provisoire de l’État; il exercera le pouvoir législatif jusqu’à l’élection de la première Assemblée à la fin de janvier 1949. L’organe exécutif des 37 devient alors le gouvernement provisoire de l’État.

3. L’État d’Israël: institutions et vie politique

La déclaration d’indépendance

Document d’environ trois feuillets, la déclaration d’indépendance fut soigneusement préparée par Ben Gourion et ses conseillers, conscients de l’importance historique que prendrait le texte. On considère généralement que la déclaration peut être divisée en trois parties.

La première partie, qui représente près de la moitié de l’ensemble, est essentiellement historique. Elle rappelle le lien historique du peuple juif avec la Terre d’Israël. Le texte rappelle ensuite l’histoire moderne du sionisme ainsi que la signification particulière de l’Holocauste. Enfin, il s’appuie sur la résolution de l’Assemblée générale de l’O.N.U.

La deuxième partie, très courte, comprend la décision elle-même: «[...] nous proclamons la création d’un État juif [...]». On remarquera que l’État d’Israël est proclamé «en vertu du droit naturel et historique du peuple juif et conformément à la résolution de l’Assemblée générale de l’O.N.U.». Les auteurs de la déclaration ont pris un soin extrême à ne pas établir la légitimité de la création d’un État juif sur la résolution de l’Assemblée générale. Cette légitimité – pour les auteurs de la déclaration – provient du droit naturel du peuple juif. La référence à la résolution du 29 novembre 1947 n’est donc que subsidiaire.

Le texte comprend ensuite les dispositions positives, traitant de l’exercice du pouvoir législatif pendant la période intérimaire, c’est-à-dire jusqu’à l’adoption d’une constitution par l’Assemblée constituante qui doit être élue avant le 1er octobre 1948.

La troisième partie traite du futur État et des principes sur lesquels il sera établi. Il affirme en particulier les principes de liberté et d’égalité pour tous les habitants du pays, sans distinction de race, de langue ou de religion.

Aux termes d’une jurisprudence de la Cour suprême de l’État d’Israël, on ne saurait voir dans la déclaration – en l’absence d’une constitution – un texte ayant valeur supralégislative. Les termes de la déclaration peuvent cependant servir de principes directeurs, notamment pour l’application de décrets et règlements. La déclaration, dans ce sens, a donc uniquement force législative.

La mise en place des institutions: le débat constitutionnel

À cause de la guerre, qui ne prend fin qu’au début de l’année 1949, les élections à l’Assemblée constituante ne purent se tenir qu’en janvier 1949. Immédiatement, le débat constitutionnel s’engagea, alors que l’on savait déjà que Ben Gourion avait décidé de repousser – au moins provisoirement – l’idée de l’adoption d’une constitution écrite et rigide. La principale raison en est l’hostilité des partis religieux, sans lesquels aucune coalition gouvernementale n’est possible en Israël. Ces partis soutiennent en effet les thèses suivantes: pour les uns (Agoudat Israël, le parti le plus orthodoxe), seule la loi de Dieu peut être la loi suprême; point n’est donc besoin d’adopter une constitution; pour les autres (le parti national-religieux), le danger d’une constitution qui serait supérieure à la loi ordinaire résiderait dans le fait que certaines lois (religieuses) pourraient être déclarées anticonstitutionnelles par la Cour suprême. On peut y ajouter que Ben Gourion lui-même envisageait avec beaucoup de méfiance un système dans lequel des juges pourraient remettre en question la volonté de la Knesset ou des partis.

Dès sa première réunion, l’Assemblée constituante se proclama «Première Knesset». Cependant, le débat constitutionnel s’engageait et se terminait en juin 1950 par un compromis sur la résolution dite Harari (du nom du signataire qui figure en tête de la liste des députés qui la soutiennent). Aux termes de cette résolution, la Commission de la constitution et des lois est chargée de la préparation d’un projet de constitution. Cependant, la résolution donne le schéma général de cette future constitution: celle-ci sera préparée sous forme de chapitres séparés dont chacun constituera une loi fondamentale qui entrera en vigueur immédiatement. Lorsque tous les chapitres seront prêts, ils seront réunis en un document unique qui sera la Constitution de l’État.

Ce n’est qu’à partir de 1958 que le système ainsi prévu commença à se mettre en place. Onze lois fondamentales ont été adoptées à ce jour (1993): sur la Knesset (1958), sur les terres de l’État (1960), sur le président de l’État (1963), sur le gouvernement (1968; mais on doit noter qu’en 1992 une nouvelle loi fondamentale sur le gouvernement est venue remplacer le texte de 1968; la nouvelle version n’entrera en vigueur qu’aux élections pour la quatorzième législature, soit au plus tard en 1996; cette loi, qui modifie considérablement le système politique israélien, sera analysée plus loin), sur le budget de l’État (1975), sur l’armée (1976), sur Jérusalem, capitale de l’État (1980), sur le pouvoir judiciaire (1983), sur le contrôleur de l’État (1987), sur la liberté professionnelle (1992), sur la dignité et la liberté de l’individu (1992).

Avant les lois de 1992, seuls quelques rares articles des lois fondamentales bénéficiaient d’une protection spéciale contre le législateur ordinaire, ce qui signifie qu’il fallait une majorité spéciale pour les amender. Cependant, la loi fondamentale sur la liberté professionnelle et la nouvelle loi fondamentale sur le gouvernement sont entièrement «rigides». À quatre reprises déjà, la Cour suprême a été amenée à déclarer certaines lois contraires à des dispositions rigides. Dans le passé, ce véritable contrôle de la constitutionnalité des lois était limité aux seules matières électorales: désormais, il pourra se développer dans d’autres directions.

Il n’est donc plus possible d’affirmer de manière catégorique qu’Israël n’a pas de constitution. Le processus est très engagé. Il manque encore une déclaration des droits, semblable à celles qui existent dans d’autres pays. Les partis religieux continuent de s’y opposer, mais il n’est plus impossible d’envisager qu’un compromis soit trouvé prochainement.

La Knesset et le mode de scrutin

Le nom choisi pour désigner la Chambre des députés, «Knesset», rappelle celui de l’Assemblée existant à l’époque du Second Temple. Comme celle-ci, elle compte également 120 membres. La Knesset est élue pour quatre ans, au scrutin proportionnel et national. Le pays tout entier forme donc une seule circonscription qui élit les 120 députés. Les partis présentent des listes comportant jusqu’à 120 candidats. Parfois, une petite liste se contentera de ne présenter qu’un seul ou quelques candidats. Les sièges sont répartis au prorata des voix obtenues: cependant, pour un premier siège, une liste doit obtenir, depuis une réforme de 1990, au moins 1,5 p. 100 des voix (1 p. 100 précédemment). Pour l’attribution des sièges, on calcule le quotient électoral (nombre de voix obtenues par les listes participant à la répartition des sièges divisé par 100). Les restes sont attribués, depuis 1973, selon le système de la plus forte moyenne (ou système d’Hondt), alors que, de 1951 à 1973, c’est le système des plus forts restes qui avait été utilisé. Il n’y a ni panachage possible ni vote préférentiel. En revanche, il existe un système d’apparentements entre les listes, lequel joue uniquement pour les restes. En cas de décès ou de démission d’un député, c’est le candidat placé immédiatement après le dernier élu de la liste qui siégera à la Knesset.

Il semble bien que l’une des clefs pour la compréhension du système politique israélien réside dans ce mode de scrutin, unique au monde. L’absence de circonscription électorale, l’impossibilité de toucher aux listes présentées par les partis (notamment à l’ordre de présentation des candidats) transforment la démocratie israélienne en une fédération de partis, où le pouvoir est surtout concentré dans les états-majors de ceux-ci. De même, ce système favorise une multiplication anarchique des partis. Malgré de nombreuses tentatives de modification de ce système, il a toujours été impossible de réunir les 61 voix nécessaires pour y parvenir.

La Knesset fonctionne soit en assemblée plénière, soit par l’intermédiaire de commissions, dont certaines sont très puissantes; ce sont essentiellement la Commission des affaires étrangères et de la défense et la Commission des finances. On relèvera aussi que les députés jouissent d’une immunité très étendue qui, pour ce qui touche à leurs actions accomplies «dans le but d’exercer leurs fonctions», ne peut jamais être levée! Le président de la Knesset, constitutionnellement le second personnage de l’État, est élu pour la durée de la législature au scrutin secret.

On soulignera tout particulièrement l’absence d’un droit de dissolution: la seule possibilité est celle de l’autodissolution, qui ne peut intervenir que par le vote d’une loi spéciale à cet effet. La Knesset a utilisé cette faculté en 1951, en 1961, en 1977, en 1984 et en 1992. En 1973, du fait de la guerre de Kippour, la Knesset s’était prorogée de trois mois.

Comme dans tout régime parlementaire, les fonctions de la Knesset sont les suivantes: pouvoir législatif, approbation du budget, vote de la confiance au gouvernement, contrôle de l’action gouvernementale, élection du président de l’État et du contrôleur de l’État.

Le président de l’État

Le président de l’État est élu pour cinq ans au suffrage secret par la Knesset. À l’exemple des présidents de la IIIe et de la IVe République en France, il a surtout une fonction représentative. Il signe les lois. Il accrédite les ambassadeurs. Tous les actes de sa fonction nécessitent le contreseing ministériel, sauf la décision par laquelle il charge un membre de la Knesset de former un nouveau gouvernement (le contreseing est même exigé pour l’exercice du droit de grâce dont le président est investi). Le président n’est rééligible qu’une seule fois. Au cours des années, la fonction s’est quelque peu renforcée, plus particulièrement sous la présidence d’Itzhak Navon (1978-1983). Dès l’origine, la présidence avait été conçue comme une magistrature morale, et c’est la raison pour laquelle elle fut confiée au grand leader sioniste Haïm Weizmann (1949-1951). Par la suite, elle fut confiée à des hommes politiques qui avaient surtout su se faire connaître dans le domaine de la recherche et des lettres (Ben Zvi, puis Schneour Zalman Shazar jusqu’en 1973). En 1973, la Knesset avait élu un pur intellectuel, le professeur Ephraïm Katzir de l’Institut Weizmann. De 1978 à 1983, le président Navon sut habilement manœuvrer, bien qu’issu du parti travailliste, face à une majorité de droite. En mars 1983, la Knesset porta son choix sur un député travailliste, Haïm Herzog, bien que la droite fût toujours au pouvoir. Il fut réélu sans opposition en 1988, pour une nouvelle période de cinq ans.

Le gouvernement

Le gouvernement comprend le Premier ministre et les ministres. Le Premier ministre est nécessairement un membre de la Knesset. Il est d’abord désigné, après les élections ou en cas de démission ou de décès du précédent gouvernement, par le président de l’État. Celui-ci «consulte» les divers partis et charge un député de former un gouvernement. Le Premier ministre chargé de cette tâche dispose de vingt et un jours pour parvenir à former un gouvernement. Ce délai est renouvelable une fois. En cas d’échec, le président peut faire une nouvelle tentative de même durée.

Pour entrer en fonctions, le Premier ministre doit obtenir l’investiture de la Chambre, à la majorité simple. De même, il peut être renversé par une motion de censure, à la majorité simple.

L’investiture se fait sur la base d’une déclaration sur la politique envisagée par le cabinet. Celui-ci est toujours un gouvernement de coalition, issu de négociations généralement laborieuses entre les partis qui constituent la coalition. Le gouvernement est responsable solidairement et collectivement devant la Chambre.

Les ministres peuvent s’adjoindre des vice-ministres, choisis nécessairement parmi des membres de la Knesset (cela n’est pas requis des ministres eux-mêmes, mais la plupart des ministres sont effectivement des députés).

Les différents chefs de gouvernement qu’Israël a connus depuis sa création ont peu à peu modelé la fonction. Plus particulièrement David Ben Gourion, qui cumula les fonctions de Premier ministre et de ministre de la Défense, imprima au poste une note très personnelle. Le bref interlude de Moshe Sharett (1953-1956) reste sans grande portée. Le passage au pouvoir de Levi Eshkol fut marqué d’un plus grand esprit de conciliation. À la mort de celui-ci (1969), Golda Meïr reprit le style de Ben Gourion. Itzhak Rabin (1974-1977) apparut plutôt faible. À nouveau, Menahem Begin, Premier ministre à partir de 1977, a dirigé le gouvernement très fermement. Depuis sa démission en septembre 1983, la faiblesse des coalitions gouvernementales n’a pas permis aux deux chefs de gouvernement (Itzhak Shamir et Shimon Peres) d’influer réellement sur la fonction. Premier ministre à nouveau depuis juillet 1992, Itzhak Rabin semble beaucoup plus décidé que durant la précédente période où il a occupé cette fonction.

Il convient d’attirer l’attention sur la nouvelle version de la loi fondamentale concernant le gouvernement, qui entrera en vigueur pour les élections à la quatorzième Knesset (au plus tard en 1996, plus tôt en cas d’élections anticipées). Le Premier ministre sera élu au suffrage universel. Il devra obtenir la majorité absolue au premier tour; au second tour, seuls les deux candidats les mieux placés pourront se présenter. Cependant, le Premier ministre devra obtenir l’investiture de la Knesset pour son gouvernement; de même, il peut être renversé à la majorité absolue. Il disposera de l’arme de la dissolution. Tout vote de censure entraîne la dissolution automatique. Le système ainsi mis en place est hybride, plus encore que le système français de la Ve République. Il n’est pas certain qu’il puisse fonctionner sans quelques amendements qui sont déjà en discussion, avant même l’entrée en vigueur de la loi.

Le pouvoir judiciaire et les contrôles

Israël a conservé le système britannique dans une très large mesure. Celui-ci repose sur trois degrés de juridiction: à la base, pour les affaires les moins importantes, des justices de paix. Les tribunaux de droit commun sont les tribunaux de district. Au sommet, une Cour suprême qui entend les appels contre les décisions des tribunaux de district. On remarquera qu’à tous les niveaux la compétence s’étend aussi bien au civil qu’au pénal. La Cour suprême, quant à elle, entend également les recours pour excès de pouvoir, en premier et dernier ressort. Ce pouvoir est extrêmement efficace et bien établi. La Cour délivre souvent des injonctions ainsi que des mesures suspensives. Il faut souligner la très grande indépendance dont jouissent les juges dans le système israélien. Il s’agit de juges de type anglo-saxon, qui ne sont pas des juges de carrière, mais qui sont choisis parmi les juristes déjà connus et expérimentés. La Commission de nomination comprend des représentants du pouvoir exécutif, du législateur, des juges et des avocats. L’indépendance par rapport au pouvoir exécutif est très grande.

À côté des tribunaux indiqués existent des tribunaux à compétence particulière: les tribunaux du travail, créés en 1969 à l’image des prud’hommes français. Surtout, il faut mentionner les tribunaux religieux, compétents en matière de mariages et de divorces (mais non en matière de successions). C’est ainsi qu’il existe des tribunaux rabbiniques, des tribunaux musulmans, des tribunaux druzes: tous sont des tribunaux d’État. À l’inverse, les tribunaux chrétiens sont des tribunaux de chacune des religions considérées (grecque orthodoxe, arménienne, melkite...), dont les décisions seront cependant exécutées par l’État.

Il faut rappeler l’importance particulière du droit religieux, dont on a déjà indiqué qu’il s’applique uniquement en matière de statut personnel. De plus, les tribunaux religieux sont soumis au contrôle de la Cour suprême, par la voie du contrôle de l’excès de pouvoir. Cette possibilité de révision d’une décision des tribunaux religieux par la Cour suprême (ainsi d’ailleurs que des décisions du rabbinat de l’État) n’est pas sans créer des tensions très graves. Le rabbinat refuse toute intervention des autorités laïques.

Le contrôle de l’administration est exercé en premier lieu par le Parlement. Mais celui-ci est insuffisant. C’est pourquoi fut créé, dans un premier temps, dès 1949, un contrôleur de l’État, personnage puissant, nommé par le Président de l’État, sur proposition de la Knesset. À l’origine, ses pouvoirs d’investigation touchaient avant tout au domaine financier: il présentait un rapport annuel sur les comptes des collectivités publiques. Par la suite, il lui fut adjoint la compétence de l’ombudsman (depuis 1971). En réalité, ses pouvoirs sont étendus dans la mesure où il ne contrôle pas seulement l’administration stricto sensu, mais tout organisme public ou privé qui est subventionné par le gouvernement.

On remarquera l’importance particulière, en cas de circonstance grave, des commissions d’enquête. Celles-ci peuvent être créées sur décision du gouvernement si l’intérêt général l’exige. Mais la nomination de leurs membres est laissée au président de la Cour suprême. Une commission doit toujours être présidée par un juge. Les conclusions de la commission ne lient pas le gouvernement, mais il est tout à fait exceptionnel que le gouvernement ne décide pas d’endosser les conclusions et recommandations (deux commissions ont joué un rôle important: la commission Agranat, chargée d’enquêter sur les circonstances dans lesquelles avait éclaté la guerre du Kippour en 1973, et la commission Kahane, chargée d’enquêter sur les massacres des camps de Sabra et Chatila de Beyrouth, en 1982).

Le droit israélien présente des caractéristiques bien particulières. Le vieux droit ottoman a complètement disparu. Cependant, de très larges domaines du droit sont d’origine mandataire britannique (en particulier le droit pénal, la procédure pénale, le droit de la responsabilité, le droit administratif). Dans d’autres domaines, le législateur a peu à peu introduit une législation israélienne nouvelle: le cas le plus marquant est celui du droit des contrats. Cette œuvre se poursuit et gagnera peu à peu les autres domaines.

Les partis politiques

Le mode de scrutin pratiqué par Israël favorise fort évidemment la multiplication des partis politiques. Cependant, depuis 1970, on assiste à une tendance très nette à un regroupement autour de deux grands blocs, l’un travailliste, l’autre de droite. De plus, un bloc religieux sert de fléau à la balance politique. Le bloc travailliste est certainement le plus ancien et le mieux établi. Depuis 1969, il est formé d’une alliance entre deux partis, d’une part le Parti travailliste à proprement parler, d’autre part, le parti socialiste sioniste de gauche Mapam. Historiquement, le Parti travailliste, sous diverses appellations (dont la plus connue a été celle de Mapaï), a été le grand parti qui a exercé une domination totale sur la vie politique du Ychouv à l’époque du mandat et de l’État à partir de 1948. Il a fourni jusqu’en 1977 tous les Premiers ministres. Certes, il n’a jamais atteint la majorité absolue, tout en l’approchant de très près. Cependant, à partir de 1965 on assiste à un lent déclin de la force du Parti travailliste, dû, à l’origine, à une grave crise interne (l’affaire Lavon) qui opposa Ben Gourion, le leader historique, à l’équipe dirigeante du parti. Ben Gourion, battu, quitta le pouvoir, tenta une scission en 1965, mais ne réussit à emporter que dix sièges aux élections de cette même année. Après la guerre de Kippour (oct. 1973), le Parti travailliste était au plus bas. Aux élections du 31 octobre 1973, les travaillistes réussirent à conserver le pouvoir, mais, en mai 1977, c’est l’écroulement brutal: le bloc travailliste tombe à 32 sièges. Certes, cette chute spectaculaire est due en grande partie à l’apparition d’un parti du centre (Dash), qui emporte 15 sièges, mais la droite accède au pouvoir. Elle s’y maintient en 1981, obtenant alors 48 sièges contre 47 au bloc travailliste.

Si, aux élections de 1988, le Parti travailliste n’obtenait que 39 sièges, il réussit une percée en 1992, avec 44 sièges, enlevant à nouveau la direction du gouvernement, sans l’appui de la droite. De même, aux élections de 1992, un bloc de gauche, Meretz, qui regroupe trois anciens partis (le Ratz, ou Liste des droits de l’homme, le Mapam et le Chinouï), parvient à enlever 12 sièges. La gauche totalise donc 56 sièges (auxquels il convient d’ajouter les sièges obtenus par la liste communiste et par les listes arabes: 5 au total), ce qui reste encore insuffisant pour former un gouvernement. La gauche doit donc former un gouvernement avec le parti Shass (orthodoxe séfarade).

À droite, les choses sont aujourd’hui plus complexes. Le principal parti ou Likoud (le mot signifie coalition) repose sur une alliance entre deux partis: le Herout et le Parti libéral. Le Herout, fondé par Menahem Begin, en 1948, reprend les grands thèmes du mouvement révisionniste juif, c’est-à-dire de l’aile nationaliste. Le Herout a été édifié après la dissolution du mouvement clandestin Etzel (Irgoun) que dirigeait Begin durant la lutte contre les Anglais. L’autre branche, le Parti libéral, correspond à la droite bourgeoise traditionnelle. Les deux partis se sont alliés en 1965. En 1988, ils ont complètement fusionné.

Menahem Begin, qui avait été tenu à l’écart par Ben Gourion, fait sa première entrée dans le gouvernement d’union nationale, constitué à la veille de la guerre de Six Jours, par Levi Eshkol. Il quittera ce gouvernement en 1970, mais, désormais, il ne sera plus le paria de la politique qu’il avait été pendant très longtemps.

Après la guerre du Kippour, qui discrédite l’équipe travailliste, il prépare la prise du pouvoir. L’année 1977 est celle de son grand triomphe. Il renouvellera son succès en 1981, bien qu’il ait toujours été très loin de la majorité absolue. Menahem Begin et le Likoud tirent une grande partie de leur force d’une polarisation quasi «ethnique» dans la mesure où ce sont les Juifs d’origine orientale (appelés «séfarades») qui assurent leur succès. Toutes les études menées depuis 1977 montrent que près de 75 p. 100 de la population séfarade vote pour le Likoud (on estime généralement que la population séfarade représente de 55 à 60 p. 100 de l’ensemble de la population juive du pays).

Le Likoud semble lui aussi être parvenu à un palier. Certes, sa progression depuis 1965 (année de l’alliance Herout-libéraux) est spectaculaire (26 sièges en 1965 et en 1969, 39 en 1973, 43 en 1977, 48 en 1981, 41 en 1984, 40 en 1988 mais seulement 32 en 1992). Les autres partis de la droite totalisent 11 sièges en 1992.

Encore faut-il compter avec le bloc religieux. Celui-ci, qui avait été le grand vainqueur des élections de 1988 (avec un total de 18 sièges pour toutes les formations religieuses), est retombé à 14 sièges. Ce bloc comporte deux groupes principaux. Le parti national-religieux représente l’aile sioniste. Autrefois, ce parti était le véritable groupe charnière de la Chambre. Ce fut longtemps l’allié privilégié des travaillistes et de Ben Gourion. Il passait alors pour modéré. En 1976, une révolte des «jeunes» modifia complètement l’équilibre de ce parti, qui est devenu ultra-nationaliste. Pourtant, s’il a pu avoir son heure de gloire (12 sièges en 1977), il doit se contenter de 5 sièges en 1984 et en 1988, et de 6 sièges en 1992.

Ce sont surtout les autres partis religieux, ultra-orthodoxes, qui semblent en vedette. C’est le cas plus particulièrement du parti Shass, qui représente l’orthodoxie séfarade et qui a obtenu 6 sièges en 1988 et à nouveau en 1992.

Quant au Parti communiste, il fait preuve d’une très grande stabilité. Il est vrai que sa clientèle électorale est presque exclusivement arabe. Les Arabes israéliens ont voté à près de 55 p. 100 pour lui.

Le syndicalisme

La grande originalité réside dans le fait que le mouvement syndical est tout entier concentré dans les mains d’une seule centrale, la Histadrout, qui exerce un quasi-monopole (plus de 75 p. 100 de la population lui sont affiliés). Mais la Histadrout est aussi l’un des plus grands employeurs du pays, dans la mesure où elle a mis sur pied, en près de soixante années d’activité (elle a été fondée en 1920), le plus grand konzern du pays. La Histadrout contrôle, directement ou indirectement, près de 50 p. 100 de l’économie. De plus, c’est elle qui gère l’assurance-maladie pour l’écrasante majorité des citoyens. Elle est dirigée par une majorité issue d’élections au suffrage proportionnel; il est frappant de constater que les élections de 1977 et de 1981, tenues à quelques mois d’intervalle des élections à la Knesset, ont donné au bloc travailliste la majorité absolue (dont il a d’ailleurs toujours disposé au sein de la centrale). Ce phénomène s’est répété en 1984.

La Histadrout est le partenaire attitré du gouvernement et du patronat pour les négociations salariales, pour les discussions sur les primes de vie chère, etc. Son rôle politique n’est pas non plus à négliger. Pourtant, le pouvoir de la Histadrout n’est plus ce qu’il était. De plus, les industries de la Histadrout sont en crise et il ne semble pas que l’État soit disposé à secourir les entreprises défaillantes. Désormais, la Histadrout voit son rôle diminuer. Si, comme certains le suggèrent, l’assurance-maladie finit par lui échapper, le rôle du syndicat sera ramené à des proportions beaucoup plus modestes.

Situation et orientation d’Israël

Sous quelque angle que l’on se place, on doit conclure aujourd’hui qu’Israël est un pays divisé. Cependant, il existe plusieurs lignes de clivage qui ne se recouvrent pas complètement l’une l’autre.

Le premier clivage est le clivage entre religieux et laïques. L’État d’Israël n’est certes pas un État théocratique, mais la place de la religion y est très grande. On a déjà signalé le problème du statut personnel (mariages et divorces): seul le mariage religieux est possible. Mais il existe une législation religieuse dans d’autres domaines. Sans être aussi contraignante, cette législation est cependant perçue par les groupes laïques comme relevant de la coercition (notamment en matière de respect du Chabbat et des jours de fête, comme jours de repos forcé, ou encore du respect des règles concernant les prescriptions alimentaires). Le débat entre laïques et religieux va cependant plus loin encore, car il pose la véritable question du sens même de l’État d’Israël comme État juif – et non pas simplement État des Juifs. Pour Herzl, l’État ne serait que l’État des Juifs. Il servirait avant tout de refuge aux Juifs persécutés, mais il n’aurait pas de caractéristique culturelle particulière. Dans la conception de l’État juif, au contraire, l’État d’Israël doit véhiculer les valeurs juives (essentiellement les valeurs religieuses). Il doit traduire l’identité propre du peuple juif, à tous les points de vue: le fait de parler la langue hébraïque n’est donc pas suffisant. La controverse entre les deux conceptions va en s’amplifiant, dans la mesure où l’accent est mis de plus en plus sur la religion stricto sensu.

Le deuxième clivage porte sur la question territoriale. Il s’agit de la question dite du Grand Israël. Cette question est surtout actuelle depuis 1967, c’est-à-dire depuis qu’après la guerre de Six Jours Israël a été amené à occuper l’ensemble de l’ancienne Palestine en deçà du Jourdain. À droite, on doit distinguer les partisans du Grand Israël, qui prônent le nationalisme «intégral», des milieux religieux, pour lesquels il serait «sacrilège» d’évacuer toute portion du territoire d’Israël. La question se complique du fait de l’installation de nouvelles colonies juives dans ces territoires. À gauche, on prône soit le compromis territorial (thèse du Parti travailliste), qui implique la restitution d’une partie de la Cisjordanie occupée depuis 1967 à la Jordanie de Hussein, soit la création d’un État palestinien en Cisjordanie (thèse de l’extrême gauche). Le soulèvement dans les territoires occupés a posé de façon très directe la question de la poursuite de l’occupation. La décision du roi Hussein de Jordanie, annoncée le 31 juillet 1988, de renoncer à tout lien et à toute revendication sur la Palestine a certainement contribué à précipiter la recherche d’une solution, en particulier après le retour des travaillistes israéliens et de leurs alliés de gauche au pouvoir (juin 1992). Une formule confédérale (englobant l’O.L.P. et la Jordanie, et peut-être même Israël) est toujours envisageable.

Le troisième clivage porte sur les deux grands groupes juifs: les Juifs séfarades et les Juifs ashkenazes (d’origine européenne). Au clivage socio-économique très marqué qui existe à l’origine s’ajoute une politique très maladroite menée par les gouvernements travaillistes avant 1977 dans de nombreux secteurs. Mais ce clivage porte également sur les valeurs culturelles propres à chaque groupe. Il s’étend en fait à tous les secteurs de la vie publique et privée.

Les minorités

La population de l’État d’Israël comprend des minorités arabes diverses. Dans les limites de 1967, on compte en Israël un peu plus de 800 000 Arabes (sur un peu plus de 5 millions d’habitants). Cette population se divise en chrétiens (environ 20 p. 100 de l’ensemble arabe) et musulmans. Par ailleurs existe une population druze (environ 80 000 personnes). Contrairement aux Arabes, les Druzes accomplissent le service militaire et sont donc plus intégrés à la société israélienne.

Les minorités arabes sont dans une situation très délicate, prises entre leur appartenance à la nation arabe et leur loyalisme à l’État d’Israël. Il semble incontestable que depuis la guerre de Six Jours un mouvement de radicalisation traverse la minorité arabe israélienne. De plus, celle-ci est maintenant en contact quotidien avec la population arabe des territoires occupés, qui n’a pas d’obligation de loyalisme à l’égard d’Israël et qui est influencée par des éléments proches de l’O.L.P. Depuis le début de l’Intifada, les signes marquant la solidarité des Arabes israéliens avec ceux de la bande de Gaza et de Cisjordanie sont de plus en plus nombreux.

La guerre et les relations avec les États voisins

La politique israélienne est entièrement dominée par le problème de la sécurité et des relations avec les pays arabes voisins. De ce fait, l’histoire d’Israël est avant tout l’histoire de ses guerres: guerre d’Indépendance (1948-1949), campagne du Sinaï (1956), guerre de Six Jours (juin 1967) suivie de la guerre d’usure sur le canal de Suez (de septembre 1968 à août 1970), guerre du Kippour (octobre 1973), opération du Liban (appelée en Israël «opération paix pour la Galilée») à partir de juin 1982.

La guerre d’Indépendance commence en fait avant même la création de l’État: dès le 30 novembre 1947, soit quelques heures à peine après l’adoption du plan préconisant la partition de la Palestine. Cependant, jusqu’au 15 mai 1948, cette guerre est surtout l’œuvre d’irréguliers. Le 15 mai 1948, à l’aube, le nouvel État est envahi par les troupes du Liban, de la Syrie, de la Transjordanie (c’est alors le nom officiel de l’actuelle Jordanie), de l’Égypte. La guerre sera meurtrière pour l’État hébreu, dont la population compte le jour de sa proclamation 650 000 habitants et qui perdra près de 4 000 combattants et 2 000 civils. Cependant, malgré quelques revers locaux (notamment à Jérusalem-Est et dans la région de Kfar Etzion, près de Hébron), la nouvelle armée l’emportera sur tous les fronts (en partie grâce à une importante livraison d’armes tchécoslovaques). Les États en guerre avec Israël accepteront de signer des accords d’armistice, sous l’égide de l’O.N.U., qui d’ailleurs devra superviser la trêve. Il ne s’agit que d’accords d’armistice – non de paix –, mais on espère alors que très rapidement une étape supplémentaire pourra être franchie. Les frontières ne sont pas établies: Israël n’a donc aucune frontière reconnue, seulement des lignes d’armistice.

Les négociations qui s’engagent après la signature des accords portent surtout sur le problème qui paraît le plus aigu: celui des réfugiés. Ce sera la conférence de Lausanne (d’avril à septembre 1949), qui échouera complètement. Le roi Abdallah de Jordanie, soupçonné de vouloir parvenir à une paix séparée avec Israël, est assassiné (21 juillet 1951) après avoir procédé à l’annexion pure et simple de la Cisjordanie.

Après l’arrivée au pouvoir des officiers en Égypte (juillet 1952), le front du Sud devient rapidement pour Israël le plus agité. Nasser encourage les feddayin (combattants palestiniens) et leur permet d’utiliser la bande de Gaza comme point de départ pour des incursions en Israël. La nationalisation du canal de Suez (en 1956) va amener à la mise en place du scénario de la campagne du Sinaï (fin octobre 1956) et de l’entrée de troupes anglo-françaises. Nasser est battu militairement, mais retourne habilement la situation à son profit. Israël doit se retirer du Sinaï, puis de la bande de Gaza, cependant que les observateurs de l’O.N.U. viennent assurer la liberté de navigation pour Israël dans le golfe d’Aqaba; de même, des troupes de l’O.N.U. viennent servir de tampon à la frontière entre les deux pays.

Les raisons qui pousseront Nasser à demander – et à obtenir plus rapidement que prévu – le départ de ces troupes de l’O.N.U., en mai 1967, ne sont pas véritablement connues. Nasser parvient à conclure une alliance avec les voisins d’Israël. Se sentant menacé d’étouffement, Israël réagit: c’est la guerre de Six Jours (5 juin-11 juin 1967). Cette fois, c’est l’effondrement total des armées arabes. Dès le premier jour, l’aviation égyptienne est détruite au sol, puis le Sinaï conquis en deux jours. En même temps, le roi Hussein, à qui pourtant Israël avait demandé de se tenir à l’écart du conflit, ouvre le feu à Jérusalem. En trois jours, la Cisjordanie tombera aux mains d’Israël. Les deux derniers jours, les troupes israéliennes escaladent le Golan et s’en emparent, mettant ainsi fin aux bombardements incessants dont souffraient les colonies de la Haute-Galilée. Nasser est battu, mais il ne renonce pas complètement: il se lancera dans l’aventure de la guerre d’usure sur le Canal. Celle-ci est très meurtrière pour Israël, qui réplique en lançant de profondes incursions en Égypte. Le cessez-le-feu interviendra, grâce aux États-Unis, en 1970. Après la mort de Nasser, son successeur, Sadate, va s’employer à reconstituer l’armée pour tenter une percée militaire permettant de débloquer la situation. C’est l’origine du plan qui mènera à la guerre du Kippour (6 oct. 1973). L’idée est de surprendre Israël au moment où la vie y est complètement arrêtée. Le calcul repose surtout sur le fait que les Israéliens ne s’attendent pas à une offensive arabe. Le plan réussit en grande partie. Durant près d’une semaine, l’attaque syro-égyptienne met l’État juif en difficulté. Les troupes israéliennes parviendront à retourner la situation, mais un certain mythe aura vécu. De fait, rapidement les négociations sur le cessez-le-feu déboucheront sur un dégagement de troupes. Israël commence à restituer une petite partie du Sinaï à l’Égypte (en particulier la zone du Canal, puis les puits de pétrole). Même sur le Golan, Israël cède quelques kilomètres.

Pour ce qui est des relations avec l’Égypte, c’est de ce processus que va finalement émerger le grand dégel qui permettra le voyage de Sadate à Jérusalem (nov. 1977) puis les accords de Camp David (sept. 1978). Quelques semaines plus tard sera signé le premier traité de paix entre Israël et un pays arabe (mars 1979). Les relations sont alors normalisées: des ambassades sont ouvertes et les voyages possibles entre les deux pays. L’intégralité du Sinaï est restituée à l’Égypte. Pourtant, si Israël a conclu une paix, la scène politique moyen-orientale ne retrouve pas le calme. Le conflit de légitimité continue, au moins avec la Syrie. Le conflit se double d’ailleurs d’un conflit territorial, dans la mesure où Israël aura décidé d’annexer purement et simplement le Golan (déc. 1981).

Depuis 1967, Israël découvre le problème palestinien. Une partie des réfugiés sont sous administration militaire israélienne, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Les États arabes vont encourager la transformation de l’O.L.P. en une organisation plus active. Celle-ci apparaît dès lors comme un organisme politique reconnu par de nombreux États, alors qu’Israël refuse tout contact et préconise la solution de l’autonomie personnelle.

Les accords de Camp David paraissent déjà loin. L’un d’eux prévoyait la mise en place d’une structure d’autonomie, mal définie. La Jordanie devait d’ailleurs être associée au processus de mise en place du système, mais elle refusa. De plus, la conception étroite de l’autonomie que présentera Menahem Begin fera échouer le projet et, très rapidement, les négociations seront interrompues. La crise provoquée par la guerre du Liban paralyse dès lors l’ensemble. Cependant, le gouvernement de Menahem Begin poursuit son dessein: assurer la protection de la Galilée, mais aussi briser l’O.L.P., pour parvenir à une solution au Liban, puis en Jordanie.

La situation d’Israël devient alors délicate. Isolé diplomatiquement, l’État hébreu s’appuie avant tout sur les États-Unis qui, de façon très marquée, se sont montrés de plus en plus hostiles à la politique menée par Menahem Begin au Liban. Cependant, il faut bien comprendre qu’il y a des limites à l’appui américain, comme il y a des limites à la pression que les États-Unis peuvent exercer sur Israël. Le soutien américain, s’il fut à l’origine dicté surtout par des motifs idéologiques et presque mythiques (la création de l’État d’Israël ressemblait à celle des États-Unis à la fin du XVIIIe siècle), ne cessera de se renforcer de manière spectaculaire. Ce processus repose d’abord sur le soutien que l’U.R.S.S. commença à manifester aux États arabes: le conflit, dès lors, s’inscrivait dans le contexte général de la guerre froide. Plus tard, les États-Unis pourront considérer Israël comme un point d’appui particulièrement digne de confiance, en particulier lorsque l’Iran basculera avec la chute du shah.

Depuis 1987, l’attention est centrée sur la révolte palestinienne dans les territoires occupés (Intifada) qui, en un peu plus de cinq ans, a déjà entraîné la mort de plus de mille civils palestiniens. Après de nombreuses hésitations, le gouvernement de droite d’Itzhak Shamir (issu des élections de 1988) avait accepté d’engager un dialogue avec les représentants des Palestiniens, à partir de la conférence de Madrid (oct. 1991). Ce dialogue n’avait pas permis de progrès substantiels, l’offre israélienne paraissant trop limitée aux Palestiniens qui exigent l’indépendance. Il reprit, avec quelques nouveaux espoirs, après l’arrivée de la gauche au pouvoir (juin 1992), et l’on vit même s’instaurer une certaine euphorie à ce sujet.

En fin de compte, à la surprise générale et à la faveur de négociations ultrasecrètes, le gouvernement d’Itzhak Rabin et l’O.L.P. parvenaient, le 13 septembre 1993, à la signature d’un accord encore modeste précédé d’un échange de lettres de reconnaissance réciproque (datées du 9 septembre 1993). Le nom officiel de cet accord, Déclaration de principes sur des arrangements intérimaires d’autonomie, dissimule quelque peu ses vastes ambitions. En effet, l’accord traite avant tout, concrètement, de la mise sur pied d’une autonomie transitoire de la bande de Gaza et d’un secteur (encore à définir) autour de Jéricho, devant mener progressivement, en cinq ans, à une autonomie générale de l’ensemble de la Cisjordanie. Mais l’accord prévoit surtout que, très rapidement, s’engagera une vaste négociation qui s’inscrit dans le processus de paix global. Les Palestiniens et les Israéliens, dès le préambule de l’accord, reconnaissent «leurs droits légitimes et politiques mutuels». Dès lors, une véritable course de vitesse s’engageait: d’un côté, les négociateurs israéliens et palestiniens essayaient de concrétiser l’accord; d’un autre côté, les adversaires de l’accord, en Israël (notamment les colons) et chez les Palestiniens (en particulier les intégristes du Hamas) tentaient de créer des situations de crise de nature à bloquer l’évolution de la négociation.

L’accord du 13 septembre n’est pas sans avoir des répercussions sur l’ensemble du processus de paix déclenché à Madrid en octobre 1991 (avec la Jordanie, la Syrie et le Liban). S’agissant des contacts avec la Jordanie, il est plus que probable qu’un traité de paix sera rapidement trouvé. Du coup, la Syrie, principal adversaire d’Israël, porte-flambeau traditionnel du nationalisme arabe et du Front du refus, semble complètement isolée (le Liban, qui n’a pas de contentieux réel avec Israël, ne pourra signer un traité sans l’accord de la Syrie). Il est vrai que, pour la majorité des Israéliens, le plateau du Golan qui surplombe la Galilée, cette partie de la Syrie occupée depuis 1967, représente un enjeu aussi important, sinon davantage, que la Cisjordanie.

Il faut rappeler que le processus de paix se déroule sur deux axes: d’une part, les différentes négociations bilatérales; d’autre part, une vaste négociation multilatérale portant sur des sujets aussi divers que les réfugiés, l’environnement, l’eau...

L’armée

Tsahal (abréviation pour «Armée de défense d’Israël») joue un rôle particulier dans la société israélienne. Outre le rôle militaire proprement dit, l’armée joue un rôle social. Il faut d’abord rappeler que la conscription touche les hommes (trois ans) et les femmes (deux ans). À noter que les jeunes filles qui déclarent être religieuses peuvent être exemptées du service militaire. L’armée joue donc un rôle de creuset national. À cela il faut ajouter le fait que la défense est surtout assurée par les forces de réserve, c’est-à-dire un système aux termes duquel chaque soldat, après son service militaire, est appelé à accomplir des périodes de réserve de trente jours par an en moyenne. Bien entendu, en cas de crise, les forces de réserve sont immédiatement mobilisées, soit publiquement (radio), soit par un système de relais. En moins de vingt-quatre heures, l’ensemble de l’armée israélienne peut être opérationnel.

La défense pèse d’un poids très lourd sur le budget de l’État. Les dépenses de sécurité atteignaient en 1983 près de 25 p. 100 du P.N.B. et près de 48 p. 100 du budget de l’État. Inversement, la défense a obligé Israël à développer sa recherche et à se doter de moyens modernes. L’industrie militaire israélienne fabrique aujourd’hui une très grande partie du matériel dont elle a besoin: armes légères, armes lourdes, tanks, avions, etc.

La mission de l’armée s’est transformée à la suite de la guerre de 1967. C’est en effet l’armée qui administre les territoires occupés. Un corps d’officiers d’active s’est développé, qui joue un certain rôle dans la vie du pays. Cependant, on ne peut parler d’une pression sur le pouvoir civil. Le phénomène le plus intéressant semble être celui du passage à la vie publique après le passage à la retraite: celui-ci, dans l’armée israélienne, se situe en général à l’âge de quarante-cinq ans. De nombreux hommes politiques sont d’anciens généraux (Dayan, Ezer, Weizmann, Ariel Sharon, Rabin, Bar-Lev), et l’on retrouve ces anciens généraux dans tous les partis, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

4. Le miracle économique israélien en péril

Les problèmes économiques d’Israël

Afin de bien comprendre le développement économique d’Israël, il est nécessaire de rappeler quelques caractéristiques économiques de la Palestine. Celle-ci était, au début du XXe siècle, une terre désertique, peuplée de moins de 100 000 habitants, pour la plupart nomades. Habitée par différents groupes ethniques et religieux, sans homogénéité, la Palestine, dépourvue de ressources naturelles et manquant d’eau pour irriguer ses terres, était destinée à rester un pays sous-développé. Les premiers colons juifs apportèrent les connaissances de la civilisation occidentale et la volonté de travailler cette terre aride. Bien que financés par des capitaux extérieurs, les débuts des premiers colons furent très difficiles. Cependant, dans les années vingt, on pouvait déjà discerner les premiers éléments d’une agriculture naissante. D’après un rapport préparé par les Britanniques, la Palestine pouvait au grand maximum subvenir aux besoins d’une population d’un million d’habitants.

En 1993, dépassant les prévisions les plus optimistes, Israël compte plus de 5 000 000 d’habitants, auxquels il faut ajouter près de 1 000 000 d’habitants en Judée-Samarie et 650 000 à Gaza. Par son produit national brut, Israël se classe bien avant l’Égypte, pays dont la population est dix fois supérieure en nombre. Si on considère le produit national brut par habitant, Israël se place parmi les pays «à revenu élevé», entre Taïwan et Singapour. Ce résultat a été obtenu grâce à un taux de croissance annuel de 9,5 p. 100 par an en moyenne pendant la période 1950-1980; seul le Japon atteignit un tel taux pendant une période aussi longue. C’est ce qui a amené certains à parler de miracle économique israélien. Cette croissance a eu lieu malgré l’intégration de milliers d’immigrants chaque année.

Exemple de développement pour les pays du Tiers Monde, Israël doit faire face à des problèmes qui risquent de mettre en péril son avenir. Ses dépenses militaires sont encore, proportionnellement, très importantes, alors que l’aide de l’étranger se fait plus rare. La dette gouvernementale, tant intérieure qu’extérieure, atteint des proportions énormes, au point que 24 p. 100 du budget de l’État sont consacrés à son remboursement et au paiement des intérêts. Le taux d’inflation annuel, bien qu’ayant diminué à partir de 1986, reste encore supérieur à celui des pays occidentaux. Ces trois problèmes: dépenses militaires, dette gouvernementale et inflation, menacent gravement l’avenir du pays.

Les étapes du développement économique

Le développement économique peut être divisé en plusieurs périodes.

De 1948 à 1951, ce fut la période des restrictions: il fallut, du jour au lendemain, nourrir, loger, vêtir une population qui, en moins de trois ans, passa de 650 000 à 1 500 000 habitants, alors que le pays luttait pour son indépendance. Le rationnement alimentaire fut institué. Le gouvernement finança ses dépenses en faisant marcher la planche à billets, entraînant par là même l’inflation.

En 1952 et 1953, l’armistice ayant été signé avec les pays arabes, le flot des immigrants s’étant arrêté, le gouvernement se pencha sur les problèmes économiques et institua la réduire ses dépenses et à freiner la croissance économique. Il s’ensuivit le chômage pour des milliers de travailleurs et une véritable récession. L’inflation diminua aussi et atteignit 1,7 p. 100 en 1967, le taux le plus faible de toute l’histoire d’Israël.

De 1968 à 1970, après la guerre de Six Jours qui marqua un tournant dans la vie économique, les investissements reprirent, les capitaux extérieurs affluèrent, le plein-emploi fut rétabli.

De 1970 à 1973, l’expansion économique et l’accroissement des dépenses militaires entraînèrent une reprise de l’inflation. Parallèlement, des problèmes sociaux commencèrent à apparaître: les Israéliens originaires des pays orientaux, pour la plupart membres de familles nombreuses, pauvres et sans éducation, contestèrent les choix économiques de la classe dirigeante.

De 1974 à 1976, la guerre du Kippour (oct. 1973) entraîna, outre une crise morale, une très forte augmentation des dépenses militaires. Le déficit de la balance des paiements s’accrut. L’inflation devint rapidement l’un des problèmes majeurs du pays.

De 1977 à 1984, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement de droite, après trente ans de gouvernement travailliste, ne changea pas fondamentalement la problématique économique. En 1977, afin d’essayer de combattre l’inflation, on entreprit une «révolution économique». La monnaie fut dévaluée de 38 p. 100, les subventions accordées à certains produits de base comme le pain furent supprimées, le contrôle des changes fut libéralisé. Toutes ces mesures ne permirent pas de juguler l’inflation qui atteignit le taux record de 445 p. 100 en 1984. Toutefois, le plein-emploi fut presque constamment maintenu.

De la fin de 1984 à 1987, la formation d’un gouvernement d’union nationale permit de sauver l’économie. Grâce à un accord tripartite – gouvernement, patronat, syndicats –, tous les prix furent bloqués et les salaires gelés tandis que le gouvernement maintenait le cours de change de la monnaie. L’accord tripartite, signé en novembre 1984 pour une période de trois mois, fut prolongé jusqu’en juillet 1985. En février 1985, le gouvernement obtint l’accord de ses partenaires pour augmenter les tarifs publics afin d’éviter un trop grand déficit budgétaire. Étant donné que l’inflation continuait (19,4 p. 100 en avril), en mai 1985, un autre train de mesures fut décidé (nouveaux impôts, contrôle des changes plus strict, augmentation des produits subventionnés, etc.). Comme la situation économique ne s’améliorait pas, le gouvernement israélien décida, le 1er juillet 1985, sans consulter ses partenaires, par décret exceptionnel, de réajuster sa politique économique. La monnaie fut dévaluée de 19 p. 100, les prix des produits subventionnés furent de nouveau augmentés (jusqu’à 75 p. 100 pour le pain par exemple), la prime de vie chère qui devait être versée aux salariés réduite, des impôts exceptionnels, décrétés. Le 1er janvier 1986 était mis en circulation le «nouveau shekel», d’une valeur de 1 000 shekels anciens. Toutes ces mesures permirent de stabiliser l’économie et de réduire l’inflation, qui passa de 185 p. 100 en 1985 à 19 p. 100 en 1986.

De 1988 à 1993, l’économie israélienne a connu une période de récession due en partie à la politique gouvernementale, à la crise dans les principaux pays occidentaux et à l’intifada. L’arrivée des nouveaux immigrants d’U.R.S.S. fut d’abord un fardeau: en effet, il fallut intégrer, nourrir et loger plus de 380 000 personnes en 1990-1991. Le taux de chômage passa de 6,4 p. 100 en 1988 à 11,2 p. 100 en 1992, le phénomène touchant en premier lieu les nouveaux immigrants. Afin d’absorber ceux-ci et de relancer l’économie, le gouvernement décida de lancer des emprunts internationaux pour plus de 5 milliards de dollars et demanda aux États-Unis de se porter garants de leur remboursement. En 1993, les premiers signes de redémarrage économique se sont fait sentir. Les accords de paix avec les Palestiniens et les nouvelles relations économiques avec les pays arabes, africains et asiatiques ouvrent des perspectives de développement sans fin.

Une agriculture à la recherche de son avenir

La propriété foncière

Lors de son indépendance, la superficie d’Israël était de 2 070 000 hectares, dont 42 000 d’étendues d’eau. La propriété de la terre se répartissait alors entre l’État (1 767 000 ha, dont 1 450 000 hérités du gouvernement mandataire et 317 000 abandonnés par leurs propriétaires), le Fonds national juif (80 000 ha achetés au fil des années), l’Association pour la colonisation juive en Palestine (45 000 ha), les particuliers juifs (51 000 ha) et les particuliers arabes (82 000 ha). En 1960 fut votée une loi aux termes de laquelle fut créée l’Administration des terres, organisme dont le but est de gérer les terres de l’État et du Fonds national juif, soit 92 p. 100 du patrimoine foncier. Se référant à la Bible, l’Administration des terres refuse de vendre les terres agricoles, celles-ci sont louées pour des périodes de quarante-neuf ou quatre-vingt-dix-neuf ans contre des sommes modiques.

L’eau

De par sa position géographique, Israël est soumis à un climat méditerranéen, caractérisé par une faible pluviosité: 50 à 80 jours par an, regroupés sur quelques mois de l’année, ce qui pose d’importants problèmes d’irrigation. Plus de la moitié des terres cultivées (437 000 ha) sont irriguées. Les besoins annuels en eau s’élèvent à près de 1,9 milliard de mètres cubes, dont 1,4 milliard pour l’agriculture. Le niveau moyen des précipitations étant de 1,7 milliard de mètres cubes, il en résulte un déficit annuel de 200 millions de mètres cubes. Ce déficit est comblé par un prélèvement sur les réserves souterraines, ce qui n’est pas sans danger pour l’équilibre du sous-sol, et par un prélèvement sur les réserves du lac de Tibériade, ce qui fait baisser son niveau et n’est pas non plus sans danger pour l’équilibre écologique. Plus de 90 p. 100 des ressources en eau sont déjà utilisées. Un système très sophistiqué permet aux eaux pompées dans le sous-sol ou dans le lac de Tibériade d’arriver jusqu’à leurs utilisateurs: la conduite nationale d’eau permet par exemple aux agriculteurs du sud du pays d’irriguer leurs champs avec de l’eau puisée dans le Nord, soit à plus de 250 kilomètres. Le manque d’eau constitue l’un des freins du développement de l’agriculture. Afin de surmonter ce handicap, toutes sortes de solutions ont été trouvées. Des barrages ont été construits pour retenir les eaux de pluie qui se déversent dans les torrents en hiver. Des usines de dessalement d’eau de mer ont été construites (celle d’Eilat subvient à 90 p. 100 des besoins de la ville). Des usines de purification des eaux usées ont été édifiées près des centres urbains. Le projet d’un canal reliant la Méditerranée à la mer Morte a été approuvé en 1982, cependant faute de crédits sa réalisation fut suspendue; les accords de paix l’ont remise à l’ordre du jour. Quelle que soit la solution envisagée, le prix de revient d’un mètre cube d’eau est l’un des plus élevés du monde et, malgré les subventions de l’État, augmente considérablement le prix de revient des produits agricoles.

La production agricole

Les agrumes sont toujours la principale production agricole. Néanmoins, au cours des années se sont développées d’autres cultures telles que le coton (rendement par hectare le plus élevé du monde), les fruits, les légumes et les fleurs. À partir de 1965 s’est répandue la culture sous serre, tant pour les légumes – tomates en particulier – que pour les fruits – fraises – ou les fleurs. L’un des grands succès de l’agriculture israélienne est l’avocat. La concurrence se faisant d’année en année plus dure, Israël se doit de diversifier ses productions. C’est pourquoi s’est développée la culture des produits tropicaux, comme la mangue, ou des produits hors saison par rapport à leur marché, comme les tomates, les fraises ou les fleurs à Noël.

La production animale représente l’un des points faibles de l’agriculture israélienne. Les Israéliens se nourrissent essentiellement de volaille – poulet ou dinde. La viande bovine est presque toute importée. Les élevages de poules sont surtout spécialisés dans la production d’œufs, dont la quantité produite dépasse les besoins intérieurs. L’élevage des vaches est destiné à la production de lait, le rendement par tête étant l’un des plus élevés du monde. On pratique aussi, dans le nord du pays, la pisciculture, qui a pour spécialité la carpe ou le saint-pierre.

La production agricole se fait soit dans les kibboutzim (villages communautaires), soit dans les mochavim (villages coopératifs), soit encore dans des villages composés de fermes privées. Les kibboutzim produisent la moitié du lait et les trois quarts du coton. Les mochavim, dans leur ensemble, représentent près de la moitié de la production agricole, dont 60 p. 100 des agrumes, 80 p. 100 des œufs, 50 p. 100 de la viande de volaille, 50 p. 100 des légumes et la quasi-totalité des fleurs.

La commercialisation des produits agricoles est très centralisée et constitue presque un monopole. Des coopératives agricoles commercialisent les produits destinés à la consommation locale, et des sociétés gouvernementales, les produits destinés à l’exportation. Les recettes de la vente des fruits et légumes sont réparties entre les agriculteurs en fonction de la récolte de chacun d’eux.

L’inflation et la crise économique des années 1980-1985 touchèrent durement les kibboutzim et les mochavim. L’organisation centrale des kibboutzim ralliée au Parti travailliste (organisation qui représente plus de 90 p. 100 des kibboutzim) perdit des sommes énormes dans des placements malheureux à la Bourse. Les mochavim, eux, par l’intermédiaire de leurs centrales d’achats se retrouvèrent au bord de la faillite du fait des intérêts qu’ils durent payer aux banques pour les emprunts contractés pendant les années 1980-1984. Afin de les sauver, le gouvernement leur alloua une aide exceptionnelle de plus de 200 millions de dollars.

Étant donné que les prix des produits destinés à l’exportation ne sont pas les mêmes que ceux des produits destinés à la consommation locale ou à l’industrie, tous les ans des quotas sont fixés pour chacun de ces marchés. Le problème de l’eau (quantité et prix), la nécessité d’amortir les investissements (serres) et la forte concurrence internationale font que l’agriculture israélienne est arrivée à un tournant. Son développement futur est conditionné par la recherche de nouveaux produits et par une diminution des prix de vente.

Une industrie tournée vers l’avenir

Les matières premières

Les ressources en matières premières sont pour ainsi dire inexistantes. Israël doit donc importer les matières premières qui sont nécessaires à son industrie. Le cuivre a été pendant longtemps la seule matière première connue en Israël. Son exploitation date des temps bibliques; cependant, du fait de la chute de son cours sur le marché mondial, son exploitation est devenue déficitaire et les mines ont été fermées. Au contraire, l’exploitation des phosphates, de la potasse et du brome, dont les gisements se trouvent dans la région de la mer Morte, s’est développée. Un complexe chimique et pétrochimique s’est ouvert à partir de 1975 à côté de ces gisements.

L’énergie

Israël doit importer presque tout le pétrole dont il a besoin, la production locale ne couvrant que 1 p. 100 de la consommation. Jusqu’au retrait du Sinaï en 1975, près d’un tiers de la consommation israélienne provenait des gisements du golfe de Suez. Dans les années 1980, les principaux fournisseurs de pétrole ont été le Mexique, l’Égypte et le marché libre. Le but de la politique énergétique est d’abaisser à la part du pétrole dans les sources d’énergie. Le pays est, dans le monde, parmi ceux qui ont poussé le plus loin les recherches pour l’exploitation de l’énergie solaire, par conversion thermodynamique ou photovoltaïque. De plus, l’installation d’une centrale nucléaire est à l’étude.

La production industrielle

La première industrie a été celle de l’alimentation, surtout des conserves dérivées des agrumes comme les conserves de jus d’orange ou de pamplemousse. Puis s’est développé le textile: ce secteur ne demandant pas une grande habileté professionnelle, il avait pour avantage de fournir du travail aux nouveaux immigrants, en particulier aux femmes. Au fil des ans, l’industrie alimentaire s’est diversifiée, sans pour autant réussir à faire une percée foudroyante sur les marchés extérieurs. Les usines de textiles nées dans les années cinquante ont petit à petit fermé leurs portes; d’autres, plus perfectionnées, spécialisées dans le prêt-à-porter (sous-vêtements, costumes de bain), se sont créées. La mode israélienne a su se faire une place sur le marché international. La taille du diamant, quant à elle, connaît des hauts et des bas suivant la tendance internationale. La Bourse du diamant de Tel-Aviv est une des premières du monde par son importance. L’avenir de cette industrie reste incertain, Israël ayant du mal à conquérir des marchés face à la concurrence de la Belgique et de l’Inde. L’industrie israélienne comprend également d’autres secteurs comme l’ameublement, la chimie.

C’est cependant dans le domaine de l’électronique qu’un miracle s’est produit. Certains produits de haute technicité comme les ordinateurs ont réussi à concurrencer le matériel européen et américain sur leur propre terrain. Le gouvernement encourage spécialement les recherches de haute technicité par toutes sortes d’incitations financières. Des zones industrielles dites «à base de science» ont été créées à côté des universités et des centres de recherche. Après une expansion extrêmement rapide, certaines sociétés d’électronique ont connu quelques difficultés en 1985. L’arrêt de la production de l’avion de combat Lavi, pour lequel 1,3 milliard de dollars avaient été investis, porta un coup sévère à l’industrie aéronautique et électronique.

Les groupes industriels

L’économie israélienne n’est pas une économie socialiste au sens où l’État est propriétaire des industries les plus vitales pour l’économie, mais elle n’est pas non plus capitaliste au sens classique du terme. Les usines les plus importantes se répartissent entre trois grands groupes: le secteur contrôlé par l’État, le secteur contrôlé par la Histadrout et le secteur privé.

À l’instar de nombreux pays occidentaux, l’État israélien contrôle des sociétés qui, du fait de leur importance vitale, sont souvent des sociétés nationales comme la Société d’électricité, la Société des eaux, la Société des chemins de fer. L’État a créé, au fil des années, des sociétés comme la Société des phosphates du Néguev, la Société chimique d’Israël. Ces sociétés, dont la rentabilité au début était incertaine, nécessitaient d’importants capitaux qu’aucun groupe ou investisseur israélien n’était en mesure de fournir. Les industries d’armements et d’aéronautique, qui ont une place non négligeable dans l’économie, sont aussi propriété de l’État. Depuis 1977, le gouvernement a vendu les participations de l’État dans les sociétés des secteurs non vitaux pour l’économie, et cette politique de privatisation devrait se poursuivre, le gouvernement conservant seulement le droit de veto dans les sociétés d’intérêt national.

La puissance de la Histadrout, centrale syndicale israélienne, est considérable du fait que les premiers colons étaient déjà de tendance socialiste. Le développement économique du pays et le renversement du gouvernement travailliste en 1977 ont quelque peu diminué son influence. Néanmoins, elle contrôle encore les principales coopératives agricoles, la plus grande caisse maladie, des hôpitaux, une banque. Du point de vue industriel, après sa création en 1920, elle a considéré de son devoir de créer des emplois pour les travailleurs juifs membres de son organisation. Étant, avant la création de l’État, la seule institution capable de mobiliser des capitaux importants, ses investissements se sont concentrés surtout dans l’industrie lourde comme la métallurgie, le ciment, le bâtiment, la céramique. Sa production représente 25 p. 100 de la production industrielle du pays, et le holding qui regroupe la plupart de ses sociétés (Koor) se classe parmi les grandes sociétés internationales. Dans certaines branches, la Histadrout détient même un monopole local. Ces dernières années, faisant fi des principes idéologiques, elle n’a pas hésité à créer des sociétés conjointement avec des capitaux privés, en majorité étrangers. Peinant à rembourser ses emprunts, Koor fut presque déclaré en faillite en 1989. Les banques l’obligèrent à mettre en œuvre un plan de redressement. Après la fermeture des usines déficitaires et le licenciement de milliers d’employés, Koor devait renouer avec les bénéfices en 1992.

Une partie de l’industrie appartient également à des investisseurs privés. Cela est particulièrement vrai pour les industries de sous-traitance, le textile, le diamant, mais également pour l’alimentation et une partie de l’industrie de pointe comme l’informatique ou l’électronique.

Le tourisme

Profitant de l’avantage que lui apporte son climat, Israël a développé une industrie touristique. Bon an mal an, plus d’un million de touristes visitent le pays, les uns en été pour jouir du soleil, les autres en hiver pour y passer les fêtes de fin d’année ou en automne et au printemps pour assister à des congrès internationaux. Plus de 30 p. 100 des touristes viennent des États-Unis. Cette industrie qui emploie 50 000 personnes est une source de devises appréciable. Les guerres, les attentats et l’incertitude politico-militaire lui portent des coups et mettent en péril la rentabilité des investissements. La paix avec l’Égypte semble avoir été bénéfique d’un point de vue touristique pour les deux pays. Cette industrie devrait être une des premières à bénéficier des accords de paix. En 1993, on prévoyait la venue de deux millions de touristes.

Problèmes financiers et monétaires

Les finances

Les banques jouent un rôle important dans la vie quotidienne des Israéliens; elles accordent également des prêts à l’industrie. Développé et informatisé, le système bancaire peut être comparé aisément avec celui d’autres pays. Les trois grands groupes bancaires (public, syndical et privé) étendent de plus en plus leurs activités à l’étranger.

La chute des actions bancaires en octobre 1983 obligea le gouvernement à intervenir et à se porter garant de leur cours. Les porteurs d’actions se virent offrir la possibilité de conserver leurs actions jusqu’en octobre 1988 pour les petits épargnants et jusqu’en octobre 1989 pour les gros épargnants, sociétés et institutions financières, contre la garantie du cours (indexé sur le dollar) de ces actions avant leur chute. Dans la mesure où le cours des actions à la Bourse serait alors inférieur à ce cours, le gouvernement se devrait de les racheter. Le cours des actions ayant été inférieur au cours garanti, le gouvernement se trouva obligé d’acheter les actions des banques pour plus de 9 milliards de dollars et devint, en 1993, actionnaire de plus de 80 p. 100 des parts des quatre plus grandes banques. Le ministère des Finances espère pouvoir vendre ces actions au fil des années et récupérer ainsi 5 milliards de dollars.

Les dépenses militaires

Pendant de nombreuses années, le budget de la Défense était un tabou auquel aucun ministre des Finances n’osait s’attaquer. En 1972, il atteignait 32 p. 100 du budget total de l’État, depuis il a été ramené au quart. Si l’on veut se rendre compte du poids de la défense dans l’économie israélienne, il faut prendre en considération toutes les industries civiles et militaires qui travaillent pour l’armée, comme l’aéronautique et l’électronique. En revanche, grâce aux commandes de l’armée, les industriels ont appris à surveiller la qualité de leurs produits, à respecter les délais de livraison et à faire des calculs de prix de revient. De plus, les applications civiles des brevets militaires se font de plus en plus nombreuses. Le fait qu’Israël dépense 12 p. 100 de son produit national brut pour sa défense, dont une grande partie de ses maigres recettes en devises, pose un problème quant à l’avenir.

L’inflation

Le taux d’inflation annuel en Israël a presque toujours été supérieur à celui des pays occidentaux, et ce à cause de la spécificité

Les multiples tentatives pour freiner l’inflation ont coûté cher à l’économie d’Israël.

Le commerce extérieur et la dette gouvernementale

La balance commerciale d’Israël est régulièrement en déficit à cause des importations de matières premières et de matériel militaire. Ce déficit est comblé grâce à des prêts et à des dons de l’étranger. Une partie provient des Juifs du monde occidental (611 millions de dollars en 1991), et une autre partie du gouvernement américain (3,6 milliards de dollars).

Du fait des emprunts contractés par le passé, Israël est l’un des pays les plus endettés du monde: 24 milliards de dollars en 1986. Le remboursement de cette dette pèse lourdement sur le budget de l’État.

Les territoires administrés

Depuis 1967, l’économie des territoires administrés s’est petit à petit intégrée à l’économie israélienne. La productivité de l’agriculture a augmenté considérablement. Une partie de la main-d’œuvre travaille en Israël, dans le bâtiment, dans le textile (pour les femmes), dans l’alimentation ou dans l’hôtellerie.

L’économie de la Cisjordanie et de Gaza a connu une forte croissance pendant les années d’administration israélienne. De 1967 à 1993, le produit national brut a été multiplié par trois, avec une croissance annuelle moyenne de 18 p. 100 entre 1967 et 1973. Entre Israël et les territoires administrés s’est créée une sorte de marché commun, mais aussi une grande dépendance de ces territoires vis-à-vis d’Israël. Alors que les territoires ne représentent pour Israël que 10 p. 100 de ses exportations et 3,4 p. 100 de ses importations, pour les territoires ces mêmes chiffres représentent 70 p. 100 des exportations et 90 p. 100 des importations.

L’agriculture de la Cisjordanie a connu à partir de 1967 un essor considérable, en particulier grâce à une augmentation de la productivité, consécutive à l’utilisation des méthodes et techniques israéliennes. L’industrie, en revanche, ne s’est développée que faiblement. Une grande partie de la main-d’œuvre (110 000 travailleurs) était en 1992 employée en Israël.

L’intifada qui débuta en novembre 1987 a eu des conséquences tant sur l’économie d’Israël que sur celle des territoires. Pour la seule année 1988, Israël a perdu près de 2 p. 100 de son produit national brut, à cause soit de la baisse de la production due à l’absentéisme, soit de la baisse de la demande de produits due aux grèves des commerçants, soit encore à cause de l’augmentation des dépenses militaires et du prolongement des périodes militaires. Pour les territoires, la perte s’est élevée à près de 23 p. 100 de leur produit national brut. La rupture de la Jordanie avec la Cisjordanie à la fin de juillet 1988 a eu pour principale conséquence économique l’arrêt du paiement des salaires des fonctionnaires. L’arrêt des transferts de fonds de l’étranger pèse aussi lourdement sur les finances des habitants des territoires qui, depuis novembre 1967, vivent sur leurs économies. Les accords de paix de septembre 1993 et l’aide à Gaza et à Jéricho accordée par les pays du monde entier devraient permettre un rapide décollage de l’économie palestinienne.

Les succès passés de l’économie israélienne ne doivent pas cacher les problèmes qui se posent. Jusqu’à présent, toutes les difficultés qui se sont élevées ont été surmontées; bien que, objectivement, la situation incite plutôt au pessimisme, les ressources de l’économie israélienne peuvent encore réserver des surprises.

Israël
dans la Bible, surnom ("champion de Dieu") donné à Jacob après son combat contre l'ange. Le terme désigne également les tribus issues de ses douze fils: les douze tribus d'Israël (dont descend l'ensemble du peuple juif), et leur territoire dans l'anc. pays de Canaan (la Terre promise). Chez les chrétiens, Israël désigne le peuple de l'Ancienne et de la Nouvelle Alliance.
————————
Israël
(royaume d') royaume constitué par Saül quand les douze tribus l'eurent reconnu comme roi. Après la défaite et la mort de ce dernier, David le reconstitua et le transmit à Salomon. Après lui (931 av. J.-C.), Israël ne désigna plus que les dix tribus du Nord, sous Jéroboam. La prise de la cap., Samarie, par Sargon II marque la fin du royaume (721). Le terme d'Israël a, enfin, désigné l'état sacerdotal créé au retour de l'Exil (538), correspondant au territoire de Juda (cap.: Jérusalem), et qui disparut avec la conquête de Pompée (63 av. J.-C.).
————————
Israël
(république d') [plus cour. état d'] (Medinat Yisrael), état du Proche-Orient, sur la Méditerranée; env. 21 000 km2; env. 5 millions d'hab., croissance démographique: 1,5 % par an (territ. occupés depuis 1967: env. 7 400 km2 et env. 1 700 000 hab.); cap. Jérusalem (non reconnue par la plupart des pays étrangers, qui ont leur ambassade à Tel-Aviv). Nature de l'état: rép. parlementaire. Langues off.: hébreu et arabe. Monnaie: shekel. Pop. dans les frontières d'avant 1967: Juifs (86 %), Arabes (14 %). Relig.: judaïsme, minorités musulmane et chrÉtienne. Géogr. phys. et hum. - étiré sur 450 km du N. au S., large au plus de 112 km, le pays s'ordonne autour d'une arête montagneuse centrale (monts de Galilée, de Samarie et de Judée), bordée d'une plaine littorale à l'O. et dominant, à l'E., la dépression du Ghor où se trouvent le lac de Tibériade, la vallée du Jourdain et la mer Morte. Le climat est méditerranéen; au S., le désert du Néguev couvre 50% du pays. La pop., jeune, issue de l'immigration d'après-guerre, vit dans les villes de la côte méditerranéenne (90 %). écon. - Israël a développé une agriculture moderne et intensive sur une terre aride qui appartient à l'état. On distingue les kibboutzim, exploitations collectives, et les moshavim, coopératives. On a étendu l'irrigation en Cisjordanie, sur les plaines littorales et dans le désert du Néguev. Israël exporte agrumes, avocats, un peu de vin. Les ressources du sous-sol sont modestes: phosphates, potasse; l'approvisionnement en eau est assuré par d'importants aménagements: forages, captages du lac de Tibériade. L'industrie, diversifiée, privilégie les branches à forte valeur ajoutée: aéronautique, armements, construct. électr. et électron.; s'ajoutent le textile et l'agro-alimentaire. Les revenus du tourisme sont importants. La conjoncture est difficile: inflation, déficit, endettement; Israël doit faire face aux dépenses militaires (plus de 15 % du P.N.B.) et à l'accueil d'immigrés. L'aide américaine est indispensable. Hist. - La colonisation juive en Palestine débuta à la fin du XIXe s. et s'organisa sous l'impulsion de la doctrine sioniste. En 1917, la déclaration Balfour admit en Palestine la fondation d'un foyer national juif. Provoquant de vives tensions avec la pop. arabe, l'immigration juive fut limitée par la G.-B., puissance mandataire en Palestine (1920-1948); cette politique, à l'époque même de la montée du nazisme, provoqua une forte résistance juive (V. Irgoun). Après la décision de l'ONU (nov. 1947) de diviser la Palestine en deux états (arabe et juif), la déclaration de l'indép. d'Israël (14 mai 1948) fut suivie du prem. conflit opposant les pays de la Ligue arabe au jeune état, vainqueur en juil. 1949. Il reçut un million d'immigrants entre 1948 et 1958. L'histoire du pays est dominée par le problème palestinien (plus d'un million d'exilés hors des frontières de l'anc. Palestine) et par les conflits périodiques avec ses voisins: campagne du Sinaï (oct.-nov. 1956), aux côtés de la France et de la G.-B. après la nationalisation du canal de Suez; guerre des Six Jours (juin 1967), avec l'égypte. Israël, vainqueur, occupe le Golan, la Cisjordanie, Gaza et le Sinaï. Il remporte plus difficilement la guerre du Kippour (oct. 1973), déclenchée par l'égypte et la Syrie. En 1964, l'Organisation de libération de la Palestine (O.L.P.) avait été fondée et des commandos de fedayin avaient lancé les premiers raids en Israël. (V. israélo-arabes [guerres].) La polit. intérieure est d'abord marquée par la prépondérance du Mapai, parti d'inspiration socialiste, devenu le parti travailliste israélien après fusion avec deux autres partis (1968). Exercent le pouvoir: Ben Gourion (1948-1953, 1955-1963), Moshé Sharett (1953-1955), Lévi Eshkol (1963-1969), Golda Meir (1969-1974), Yitzhak Rabin (1974-1977). Les élections de 1977 donnent la victoire au rassemblement nationaliste de centre droit (Likoud), dont le leader, Menahem Begin, devient Premier ministre. En nov. 1977, le président égyptien Sadate se rend à Jérusalem pour entamer une négociation qui aboutit aux accords de Camp David, aux È.-U. (sept. 78); le traité de paix israélo-égyptien, signé à Washington le 26 mars 1979 (et dénoncé par les autres pays arabes et l'O.L.P.), décida l'évacuation progressive des territoires égyptiens occupés par Israël. L'invasion du Liban par l'armée israélienne (1982-1985) a chassé l'O.L.P. de Beyrouth et Israël a pu établir une zone de protection le long de la frontière libanaise. Les élections de 1984 et de 1988 n'ont pas départagé le Likoud et le parti travailliste: le pouvoir a été exercé par le travailliste Shimon Peres et, deux ans plus tard, par le conservateur Itzhak Shamir. En 1988, I. Shamir est resté Premier ministre. L'occupation israélienne dans les territoires de Cisjordanie et de Gaza y a déclenché, en 1987, une résistance civile arabe, l'Intifada, durement réprimée. La disparition de l'U.R.S.S. (qui a entraîné un afflux de Juifs, anc. soviétiques, vers Israël) a contraint l'O.L.P. à accepter en 1988, la résolution 242 de l'ONU; I. Shamir a intensifié la colonisation des territoires occupés depuis 1967. En 1990, un plan de paix américain a scindé l'union nationale; Shamir a admis dans son gouv. des partis religieux et des partis d'extrême droite. Mais, en sept. 1991, pour la prem. fois depuis 1947, le gouv. israélien et les Palestiniens (sans l'O.L.P., mais en présence de leurs alliés arabes) se sont rencontrés. Après le succès des travaillistes aux législatives de juin 1992, Y. Rabin a proposé l'autonomie partielle aux Palestiniens et légalisé les contacts avec l'O.L.P. L'accord signé à Washington en sept. 1993 (complété par celui du Caire en mai 1994) entre l'O.L.P. et le gouv. Rabin entérine leur reconnaissance mutuelle et établit un plan d'autonomie partielle à Gaza et à Jéricho (ainsi qu'à Naplouse, en 1995, et à Hébron, en 1997). En avril 1994, le Saint-Siège et Israël nouent des relations diplomatiques. En oct. 1994, un accord de paix israélo-jordanien est signé à Jérusalem par Rabin et le roi Hussein. Parallèlement, Israël poursuit des négociations sur le Golan avec la Syrie. Mais les extrémistes palestiniens et la droite israélienne contestent la paix israélo-palestinienne. En nov. 1995, un extrémiste israélien a assassiné Rabin, auquel S. Peres a succédé. En mai 1996, Peres a annoncé des élections anticipées. En mai 1996, S. Peres a organisé des élections anticipées. Pour la première fois, le Premier ministre était élu au suffrage universel et le leader du Likoud, Benyamin Netanyahou, l'a emporté de justesse. Le Likoud, de son côté, n'a pas obtenu la majorité absolue et B. Netanyahou a dû faire entrer dans son gouvernement des représentants des partis religieux. En sept. 1996, il a repris l'implantation de colonies juives dans les territoires palestiniens, compromettant ainsi le processus de paix; l'Intifada a aussitôt repris. Depuis lors, les États-Unis pèsent sur B. Netanyahou pour sauver la paix, mais celui-ci maintient ses choix.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Israel — Israël Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Israél — Israël Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Israel —     Israelites     † Catholic Encyclopedia ► Israelites     The word designates the descendants of the Patriarch Jacob, or Israel. It corresponds to the Hebrew appellation children of Israel , a name by which together with the simple form Israel… …   Catholic encyclopedia

  • ISRAEL — (Heb. יִשְׂרָאֵל). (1) The name of honor given to jacob after his mysterious struggle with the angel, Thy name shall be called no more Jacob but Israel, for thou hast striven (sarita from the root sarah, שרה) with God (El, אֵל) and with men and… …   Encyclopedia of Judaism

  • Israel La'ad — (zu Deutsch: Ewiges Israel) wurde 2004 als ein gemeinnütziges Hilfswerk in Israel mit dem Ziel gegründet, für die Bedürfnisse der Unterpriviligierten in der israelischen Gesellschaft einzutreten. Dazu bietet das Hilfswerk Israel La ad Lernzentren …   Deutsch Wikipedia

  • Israel La'ad — was founded in 2004 to address the needs of the underprivileged in Israeli society by providing afternoon homework assistance, and a Ride for Pride bike riding program for teenagers at risk, and a food delivery program for the elderly.Afternoon… …   Wikipedia

  • ISRAEL — nomen Iacob, inditum ei ab Angelo. Gen. c. 32. v. 10. Inde pop. Israelitae. Quod nomen nunc totam Hebraeorum gentum, nuncpartem tantum designat, totam ante Salomonem, partem postea, Post Salomonem enim Hebraeorum regno, quod et Israel, vel… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Israel — m Biblical: the byname (meaning ‘he who strives with God’ in Hebrew) given to Jacob after he had wrestled with an angel: ‘Thy name shall be called no more Jacob, but Israel: for as a prince hast thou power with God and with men, and hast… …   First names dictionary

  • Israel — Ou Israël. Porté notamment dans l Aisne et le Bas Rhin, c est le nom qui a été donné à Jacob après sa lutte avec l Ange. Par la suite, à la mort de Salomon, Israël désigna le territoire attribué aux tribus du nord du royaume hébreu. Signification …   Noms de famille

  • Israel — Israel1 [iz′rē əl, iz′rāəl; iz′rəl] n. [OFr < LL(Ec) < Gr Israēl < Heb yisrael, lit., contender with God < sara, to wrestle + el, God] 1. a masculine name: dim. Izzy 2. Bible Jacob: so named after wrestling with the angel: Gen. 32:28… …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.